Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la bourse de paris

Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la bourse de paris

Les valeurs suivies à la clôture de la bourse de parisLes valeurs suivies à la clôture de la bourse de paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour lundi à la Bourse de Paris où l'indice CAC 40, soutenu en matinée par la décision de la BCE de racheter sur le marché de la dette italienne et espagnole, a finalement chuté de 4,68% à 3.125,19 points, signant sa onzième séance consécutive de baisse après la dégradation de la note de crédit des Etats-Unis par S&P.

Aucune valeur de l'indice phare de la place parisienne, qui a perdu plus de 18% depuis le 22 juillet, n'a terminé en hausse.

* Au-delà de la crise des dettes souveraines, la grande inquiétude tient surtout au ralentissement plus fort que prévu de l'économie mondiale, américaine en particulier, ce qui pénalise au premier chef les VALEURS CYCLIQUES.

ALCATEL-LUCENT (-9,71% à 2,223 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40, devant ARCELORMITTAL (-9,59% à 16,03 euros), et VALLOUREC (-9,46% 57,93 euros).

PEUGEOT a chuté de 9,1% à 20,375 euros, également pénalisé par Morgan Stanley qui a abaissé sa recommandation sur la valeur à sous-pondérer, contre surpondérer. RENAULT a fini en repli de 9,27% à 28,40 euros, Morgan Stanley, qui sous-pondère également le titre, a réduit son objectif de cours à 45 euros, contre 53 euros.

* GDF SUEZ (-2,89% à 19,82 euros) a relativement limité la casse. Le groupe s'apprête à céder 30% de son pôle d'exploration-production au fonds souverain chinois China Investment Corporation (CIC) pour deux à trois milliards d'euros dans le cadre d'un partenariat stratégique, selon Les Echos.

* AREVA a chuté de 11,1% à 22,225 euros, accusant la deuxième plus forte baisse du SBF 120 derrière DERICHEBOURG (-11,53% à 3,20 euros), la valeur restant encore sous le coup de la mise sous surveillance négative de sa note "BBB+" par Standard & Poor's.

* A rebours de tendance, CNP ASSURANCES (+0,88% à 12,01 euros) a résisté à la baisse généralisée des Bourses, la valeur profitant de la détente des "spreads" des dettes souveraines italienne et espagnole par rapport aux emprunts allemands (Bunds).

Alexandre Boksenbaum-Granier, Raoul Sachs, édité par Matthieu Protard

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI