Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Les valeurs à suivre à la clôture de la bourse de paris

Marché : Les valeurs à suivre à la clôture de la bourse de paris

Les valeurs à suivre à la clôture de la bourse de parisLes valeurs à suivre à la clôture de la bourse de paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre, mardi, à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,58% à 4.045,29 points après avoir ouvert en repli dans l'attente de la conférence de presse mercredi du président de la Fed, Ben Bernanke, à l'issue la réunion du FOMC de la Réserve fédérale.

* Plus gros contributeur à la hausse du CAC, MICHELIN (+5,1% à 66,95 euros) a signé la meilleure performance de l'indice phare de la place parisienne, plusieurs brokers ayant sensiblement relevé leurs objectifs de cours après la publication jeudi soir d'un chiffre d'affaires trimestriel du fabricant de pneumatiques supérieur aux attentes.

* PEUGEOT (+3,96% à 30,34 euros) et RENAULT (+2,72% à 39,44 euros) ont remboursé ce mardi l'intégralité du prêt de trois milliards que leur avait consenti l'Etat au plus fort de la crise. RBS est en outre passé à l'achat sur PEUGEOT estimant la valeur "trop peu chère pour être ignorée".

* ALCATEL-LUCENT a fini en hausse de 3,69% à 4,331 euros, alors que plusieurs sources proches du dossier ont rapporté que le groupe organisait cette semaine à San Francisco des rencontres avec des possibles candidats au rachat de sa division entreprises, qui pèse plus d'un milliard de dollars.

* STMICROELECTRONICS, qui publiera ses résultats du premier trimestre après la clôture de Wall Street, a gagné 2,11% à 8,424 euros. En une semaine, la valeur a pris 6,57%.

* EDF a progressé de 1,11% à 28,18 euros. Société générale est passée de "conserver" à "achat" sur la valeur avec un objectif porté de 31 à 34 euros.

* LAFARGE (+0,92% à 47,575 euros) a été ajouté dans la liste des valeurs paneuropéennes préférées de Goldman Sachs, l'intermédiaire américain portant également son objectif de cours sur le titre à 70,6 euros, contre 45,6 euros auparavant.

* En revanche, dans l'attente de la conférence de Ben Bernanke, les valeurs les plus exposées au risque ont été vendues par les investisseurs, comme les MINIÈRES, également pénalisées par la baisse des cours des métaux, ou certaines

BANCAIRES.

ARCELORMITTAL (-1,18% à 24,665 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40, tandis que CRÉDIT AGRICOLE a perdu 0,18% à 10,815 euros et DEXIA 2,08% à 2,595 euros.

* NEXANS a fini sur un gain de 5% à 73,10 euros à la veille de la publication d'un chiffre d'affaires du premier trimestre attendu en forte croissance et après avoir franchi un seuil technique important.

* EIFFAGE s'est adjugé 3,6% à 43,795 euros, profitant notamment de son retrait de la liste de vente de Goldman Sachs qui a également relevé son objectif de cours sur le titre à 50 euros, contre 30,9 euros auparavant.

* SCOR (+1,98% à 19,80 euros) a annoncé le rachat de l'activité mortalité de Transamerica Re, une division du groupe néerlandais Aegon (+3,3%), qui fera du réassureur français le deuxième réassureur vie aux Etats-Unis.

* SAFRAN (+1,83% à 24,495 euros). Six ans après la fusion fondatrice entre Snecma et Sagem, SAFRAN a modifié sa gouvernance pour revenir à une organisation classique, le président du directoire Jean-Paul Herteman devenant PDG.

* BENETEAU a encore perdu 2,38% à 14,55 euros après avoir déjà reculé de près de 4% jeudi sur des prises de bénéfices au lendemain de la publication de ses résultats. Selon un analyste, il faut s'attendre à voir le titre évoluer entre 14 et 15 euros jusqu'aux prochains salons nautiques de l'automne.

* PLASTIC OMNIUM a perdu 1,51% à 64,02 euros. Natixis Securities a retiré son conseil à l'achat sur la valeur, préférant désormais rester neutre sur le dossier.

* OFI PRIVATE EQUITY CAPITAL a bondi de 12,91% à 10,41 euros dans des volumes représentant près de 23 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois, la société d'investissement française spécialisée dans les PME ayant été racheté par EURAZEO (-0,26% à 56,65 euros) pour 132 millions d'euros.

Raoul Sachs et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Pascale Denis

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...