Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Les pme s'inquiètent d'une possible raréfaction du crédit

Marché : Les pme s'inquiètent d'une possible raréfaction du crédit

Les pme s'inquiètent d'une possible raréfaction du créditLes pme s'inquiètent d'une possible raréfaction du crédit

PARIS (Reuters) - L'organisation patronale française CGPME met en garde jeudi contre une éventuelle raréfaction du crédit aux entreprises que pourrait entraîner la poursuite de la fragilisation du système bancaire français.

Les grandes banques françaises ont vu leur valeur boursière fondre ces dernières semaines, en raison notamment de la crainte des effets de la crise persistante des dettes dans la zone euro.

"Il est aujourd'hui impératif de rétablir la confiance en garantissant une réelle transparence. La solidité des banques françaises doit être incontestable, sans quoi l'ensemble des acteurs économiques, dont les PME, seront durement pénalisées par la raréfaction du crédit", lit-on dans un communiqué.

"Tout doit être mis en oeuvre pour consolider le système bancaire, y compris un engagement fort des pouvoirs publics au niveau national et européen", poursuit la CGPME.

L'organisation patronale ajoute qu'"il est impératif qu'une éventuelle aide de l'Etat, sous une forme à déterminer, soit soumise à des conditions précises tant au niveau de la séparation des activités de détail et de marché qu'au niveau de la distribution de crédit aux PME".

De hauts responsables financiers européens exhortent les Etats européens à renforcer le capital des banques, tout en prévenant qu'une "crise systémique" de la dette souveraine affecte les établissements bancaires et fait planer la menace d'une nouvelle crise du crédit.

Dans des documents préparés par ces responsables en vue de la réunion Ecofin de vendredi et samedi, que Reuters a pu consulter, il est fait mention d'un "risque de cercle vicieux entre la dette souveraine, le financement des banques et la croissance négative", qui pourra provoquer un gel du crédit.

Le ministre français des Finances, François Baroin, et la porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse, ont répété jeudi que les banques françaises étaient solides et n'avaient de problème ni de solvabilité ni de liquidité.

Jean-Baptiste Vey, édité par Gilles Trequesser

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...