Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les pays-bas veulent proposer nout wellink à la tête de la bce

Marché : Les pays-bas veulent proposer nout wellink à la tête de la bce

Les pays-bas veulent proposer nout wellink à la tête de la bceLes pays-bas veulent proposer nout wellink à la tête de la bce

AMSTERDAM/ROME/LONDRES (Reuters) - Le ministre des Finances néerlandais Jan Kees de Jager a déclaré dimanche qu'il était prêt à proposer la candidature de Nout Wellink à la présidence de la Banque centrale européenne (BCE) que quittera Jean-Claude Trichet à la fin du mois d'octobre.

Axel Weber, président sortant de la Bundesbank, a été présenté pendant des mois comme le favori pour reprendre le poste, mais ce dernier a dit il y a un mois qu'il ne le briguerait pas.

"Le favori venu d'Allemagne s'est retiré du jeu. Ce dernier s'ouvre à nouveau. Le premier président de la BCE était un Néerlandais, (Wim) Duisenberg et maintenant il y a un Français. Il serait étrange d'avoir à nouveau un Néerlandais, en même temps, (Wim) Duisenberg avait eu un mandat tronqué", a déclaré Jan Kees de Jager, lors d'une émission à la télévision néerlandaise.

A la fin du mois dernier, Nout Wellink, qui dirige actuellement la banque centrale néerlandaise, avait dit qu'il songerait "sérieusement" à la présidence de la BCE s'il était invité à se porter candidat.

Depuis le retrait d'Axel Weber, l'Italien Mario Draghi est considéré comme le favori pour succéder à Jean-Claude Trichet.

Mais certains, sans pouvoir le dire publiquement, sont réticents à voir la BCE être dirigée par un pays du sud de l'Europe, d'autant que l'Italie a l'un des taux d'endettement les plus élevés de la zone euro.

Les adversaires de Mario Draghi conviennent qu'ils n'ont toutefois que peu d'arguments à opposer à une candidature de Mario Draghi à la tête de la BCE...si ce n'est son passage chez Goldman Sachs entre 2002 et 2006.

La banque d'affaires américaine est en effet, avec d'autres, associée à la prise de risques inconsidérés du secteur bancaire, qui ont conduit en 2008 à l'éclatement de l'une des pires crises financières de l'histoire récente.

"Je ne pense pas que quelqu'un puisse dire précisément ce que Mario Draghi a fait chez Goldman Sachs. Mais la banque d'investissement est maintenant associée à la crise financière, aux subprime et à un excès de risques", a noté Giada Giani, analyste chez Citigroup.

Gilbert Kreijger, Gavin Jones et Douwe Miedema, Benoit Van Overstraeten pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI