Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Les opérateurs en panne de croissance malgré l'afflux de clients mobiles

Marché : Les opérateurs en panne de croissance malgré l'afflux de clients mobiles

Un paradoxe inquiétant...Un paradoxe inquiétant...

(Tradingsat.com) - Bouleversé par l'arrivée de Free il y a un peu plus d'un an, le marché de la téléphonie mobile fait face à un paradoxe dont les opérateurs se seraient bien passés.

Si le nombre de clients sur réseaux mobiles continue d'augmenter, totalisant 73,1 millions à la fin du quatrième trimestre 2012 avec un taux de croissance annuel supérieur à 6% (+6,6% ce trimestre), les revenus des services baisse depuis le deuxième trimestre 2011, constate aujourd'hui l'Arcep dans son "Observatoire" trimestriel des marchés des communications électroniques en France.

Décélération de la croissance

En effet, le chiffre d'affaires du secteur a atteint 4,2 milliards d'euros HT au quatrième trimestre 2012, en recul de -9,9%. Sa croissance annuelle, qui oscillait entre +2,5% et +3,5% depuis la fin de l'année 2008, a subi une décélération dès le quatrième trimestre 2010 et celle-ci s'accélère depuis, fait remarquer le régulateur des télécoms.

Les baisses annuelles enregistrées sur l'année 2011 (+0,8% au premier trimestre, puis -2,2%, -3,6% et -5,4%) s'expliquent en grande partie par l'augmentation de la TVA pour les services d'accès audiovisuels que les opérateurs mobiles ont choisi de ne pas répercuter sur la facture TTC de leurs clients, indique l'Arcep.

Les opérateurs mobiles ont également anticipé l'arrivée du quatrième opérateur de réseaux en proposant de nouvelles gammes de forfaits sans engagement et à des tarifs inférieurs. Enfin, la baisse structurelle du revenu des communications téléphoniques mobiles continue, traduisant en partie une évolution des comportements de consommation des clients mobiles vers d'autres moyens de communications tels que les SMS, les MMS et l'accès à l'internet, ajoute l'Autorité.

Le revenu du transport de données (SMS, MMS et accès à l'internet), qui augmentait entre 160 et 210 millions d'euros HT en glissement annuel depuis le début de l'année 2008, voit sa croissance s'effriter depuis la fin de l'année 2011.

Érosion du bas débit

De son côté, le revenu de l’ensemble des services fixes (3,9 milliards d’euros) est en repli depuis deux ans (-2,2% sur un an au quatrième trimestre 2012), poursuit l'Arcep.

Le revenu des services sur les accès à haut et très haut débit représente, avec 2,7 milliards d’euros au quatrième trimestre 2012, les deux tiers de l’ensemble du revenu des services fixes et cette proportion s’accroit constamment (68% en hausse de 5 points sur un an).

Le rythme de croissance annuelle de ce revenu reste soutenu, il se situe sur les six derniers trimestres sur un niveau de 4% à 7% (+5,5% au quatrième trimestre 2012).

A l’inverse, le revenu de l’ensemble des services en bas débit sur réseaux fixes (téléphonie sur le RTC, internet bas débit, publiphonie et cartes téléphoniques) s’érode de façon rapide et continue (1,3 milliard d’euros en baisse de 15,2% sur un an au quatrième trimestre 2012).

Et les abonnés dans tout ça ? Dans son rapport trimestriel, le gendarme des télécoms révèle que la facture mensuelle moyenne par client des opérateurs mobiles a nettement diminué depuis le pic de 2008, passant de 28,2 euros HT au T3 2008 à 20,6 euros HT au T4 2012. Parallèlement, la facture par client repart à la hausse depuis plusieurs trimestres, grimpant à 35,8 euros.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...