Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les économistes plus nombreux à prévoir une récession aux usa

Marché : Les économistes plus nombreux à prévoir une récession aux usa

Les économistes plus nombreux à prévoir une récession aux usaLes économistes plus nombreux à prévoir une récession aux usa

(Reuters) - La probabilité d'une nouvelle récession aux Etats-Unis augmente et la reprise en Europe est aussi menacée, montrent les enquêtes Reuters sur les perspectives de croissance dans les pays du G7 publiées mardi.

Ces enquêtes ont été réalisées auprès de plus de 200 économistes du 2 au 8 août, c'est-à-dire alors que la note souveraine des Etats-Unis était abaissée et que les marchés financiers mondiaux connaissaient leurs pires séances depuis la crise financière de 2008.

Pour les Etats-Unis, 35 des 41 analystes qui ont participé aux enquêtes de juillet et août ont abaissé leur prévision d'un mois sur l'autre concernant le troisième trimestre.

La Fed devrait maintenir ses taux proches de zéro jusqu'à la fin 2012, selon les résultats de l'enquête, alors qu'en juillet une hausse des taux était attendue pour le deuxième trimestre 2012.

Les économistes estiment à 30% les chances d'un nouveau cycle d'assouplissement quantitatif (QZ3) dans le courant de l'année prochaine.

ETATS-UNIS

La probabilité d'une récession aux Etats-Unis ressort à 25% (une chance sur quatre) contre 20% lors de l'enquête précédente en juillet (une chance contre cinq).

Le PIB américain devrait croître de 2,3% au troisième trimestre en rythme annualisé, puis de 2,6% au quatrième trimestre, estiment en moyenne les spécialistes interrogés (contre +3,1% attendus pour chacun de ces deux trimestres lors de l'enquête de juillet).

La croissance est désormais attendue de 1,8% pour l'année 2011 et de 2,6% pour 2012 (contre respectivement 2,5% et 3,0% en juillet).

L'inflation est attendue de +3,0% en 2011 et +2,1% en 2012 ( contre +3,1% et +2,2% dans la précédente étude).

ZONE EURO

La croissance du PIB de la zone euro n'est plus attendue qu'à 0,3% au troisième trimestre, et à 0,3% également au quatrième (contre 0,4% et 0,4% dans l'étude de juillet).

La prévision de croissance sur l'année 2011 reste inchangée, à 2,0%, mais recule à 1,6% pour 2012 contre 1,7% attendu lors de l'enquête de juillet.

Une hausse des taux de la Banque centrale européenne est toujours vue au quatrième trimestre 2011. Mais une minorité grandissante de spécialistes interrogés voient la BCE maintenir le statu quo jusqu'à l'an prochain.

Sur 52 économistes interrogés, 19 prévoient que la BCE va maintenir ses taux d'intérêt à leur niveau actuel de 1,5% jusqu'en 2012 (contre 17 économistes sur 73 en juillet).

ROYAUME-UNI

Les économistes estiment que la croissance britannique sera bien plus morose en 2011 que les projections officielles, tablant sur une croissance de 1,2% (+1,3% lors de l'enquête de juillet) contre +1,7% attendu par Londres, avec un PIB quasi stagnant à +0,5% puis 0,4% aux troisième et quatrième trimestres.

Pour 2012, la prévision moyenne ressort à 1,9% contre 2,0% précédemment.

Les économistes interrogés voient les taux d'intérêt inchangés au moins jusqu'au deuxième trimestre 2012 (et non plus jusqu'au premier trimestre lors de la précédente enquête) et estiment qu'il y a 30% de chances pour que la Banque d'Angleterre étende son programme de rachats d'actifs (contre 25% en juillet).

JAPON

L'économie japonaise devrait se redresser dans la deuxième partie de l'année fiscale nippone, à fin mars 2012, même si le ralentissement mondial et le yen fort incitent les spécialistes interrogés à la prudence.

Après un recul attendu de 0,7% au deuxième trimestre (avril-juin, inchangé par rapport à l'enquête de juillet), le PIB devrait progresser de 1,2% au troisième trimestre (contre +1,1% précédemment) et 1,0% au quatrième (contre +1,1%).

La Banque du Japon devrait maintenir ses taux proches de zéro au moins jusqu'au quatrième trimestre 2012 (inchangé).

Jean Décotte et Grégory Schwartz pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI