Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Les discussions sur la dette américaine toujours dans l'impasse

Marché : Les discussions sur la dette américaine toujours dans l'impasse

Les discussions sur la dette américaine toujours dans l'impasseLes discussions sur la dette américaine toujours dans l'impasse

par Andy Sullivan et Jeff Mason

WASHINGTON (Reuters) - Les retraités pourraient être les premières victimes d'une faillite des comptes publics aux Etats-Unis, a estimé mardi Barack Obama, s'efforçant d'accentuer ses pressions sur les élus avec lesquels il négocie le relèvement du plafond de la dette américaine.

Le président a reçu pour la troisième fois en trois jours les représentants des groupes parlementaires à la Maison blanche pour tenter de sortir les négociations de l'impasse avant le 2 août, date à laquelle les pouvoirs publics seront en cessation de paiement, selon le Trésor.

Aucun progrès n'a toutefois été accompli et une nouvelle séance de discussion a été programmée mercredi à 16h00 (20h00 GMT). Barack Obama a promis de réunir les dirigeants des deux camps tous les jours jusqu'à ce qu'ils parviennent à une solution.

Le Parti républicain refuse de relever le plafond de la dette en l'absence d'accord sur la réduction des dépenses publiques. Mitch McConnell, président du groupe au Sénat, a douté mardi qu'une "véritable solution" puisse être trouvée tant que Barack Obama sera aux affaires.

Le président, qui a mis ses propos sur le compte des "rivalités politiques", s'est quant à lui inquiété pour les bénéficiaires du régime de retraire de la Sécurité sociale, qui pourraient selon lui ne pas toucher leur chèque début août faute d'accord au Congrès.

"LE PLAFOND DE L'ENDETTEMENT, C'EST SON PROBLÈME"

"Je ne peux pas garantir que ces chèques partiront le 3 août si nous n'avons pas résolu ce problème. Il pourrait tout simplement ne pas y avoir assez d'agent dans les coffres pour le faire", a-t-il déclaré.

John Boehner, président républicain de la Chambre des représentants, a jugé de sa seule responsabilité de trouver le moyen de relever le plafond de la dette avant que les Etats-Unis n'aient épuisé leurs capacités de financement.

"Le plafond de l'endettement, c'est son problème", a-t-il résumé.

Une paralysie des finances publiques laisserait planer la menace d'un retour à la récession, l'activité a ayant nettement ralenti depuis le premier trimestre.

Barack Obama propose une réduction du déficit de 4.000 milliards de dollars sur dix ans impliquant une hausse des impôts à laquelle s'opposent les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants. Cette hausse des impôts s'accompagnerait, selon le président, de coupes budgétaires et d'une réforme des systèmes d'assurance maladie Medicare et Medicaid que redoutent les démocrates.

Ces derniers considèrent qu'une hausse des prélèvements sur les revenus les plus élevés doit permettre de résoudre l'équation budgétaire, mais les républicains ne veulent pas en entendre parler.

Jean-Philippe Lefief pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...