Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les devises attendent la réunion grecque

Marché : Les devises attendent la réunion grecque

tradingsat

(CercleFinance.com) - Sur le marché des changes, les parités de devises observent un calme relatif après avoir aligné des séances brusquées. Un important rendez-vous sur le “dossier grec” est attendu cet après-midi. En attendant, vers 13 heures, la monnaie unique européenne gagne 0,34% face au dollar à 1,3725.

Les autres parités ne sont guère plus inspirées, par exemple face au franc suisse (1,2039, - 0,02%). “La pression persistante qui règne sur l'euro semble pour l'instant maîtrisée par la Banque nationale suisse, qui poursuit son chemin idéologique”, commentent les cambistes genevois de Pictet & Cie ce matin.

La situation est similaire face au sterling (+ 0,16 à 0,8683) ou encore au yen (- 0,02% à 105,2).

Les marchés des changes paraissent considérer que les nouvelles mauvaises nouvelles quant aux banques françaises parues ce matin sont déjà dans les cours. L'agence de notation-crédit Moody's a effectivement abaissé la notation de la dette de long terme de Crédit Agricole SA et Société Générale, tout en laissant sous revue celle d'une troisième, BNP Paribas. Chez Société Générale, on souligne le caractère 'technique' de cette décision en insistant sur la soutenabilité de l'exposition de la banque aux dettes européennes périphériques. Crédit Agricole SA a annoncé la mise en place de procédures de garantie.

Pour autant, la situation ne s'améliore pas : “alors que la Grèce se dirige vers le défaut de paiement, les risques de contagion prennent de l'ampleur, le consensus politique se fissure et le ralentissement économique s'agrave”, estimait-on ce matin chez RBS, qui table sur une baisse de 50 points des taux courts de la BCE à brève échéance.

Toutes sortes de rumeurs circulent actuellement sur les marchés, par exemple à propos de l'accès des banques au crédit. “Les multiples bruits qui courent sur les marchés sont néfastes et rendent les investisseurs extrêmement nerveux”, indique un cambiste.

Les pays émergents, comme la Russie et la Chine, semblent décidés à soutenir financièrement la zone euro en achetant des titres souverains. Mais un intervenant nord-européen prévient que les discours chinois sont ambivalents, et le potentiel d'action de leurs fonds souverains de toute façon limité : “divers porte-paroles (chinois) ont déclaré que la Chine ne pouvait pas 'sauver' des pays pris individuellement”, rapporte-t-il. Selon RBS, quand bien même l'Empire du Milieu le voudrait, il ne le pourrait pas.

En attendant, “une vidéoconférence aura lieu aujourd'hui entre Angela Merkel, Nicolas Sarkozy et Georges Papandréou au sujet de la crise grecque”, rappelle Pictet & Cie. Les grands argentiers de la zone euro se réuniront ensuite en fin de semaine, en Pologne.

Par ailleurs cet après-midi, aux États-Unis, les opérateurs prendront connaissance des prix à la production industrielle et des ventes de détail pour août (14 heures 30), puis des stocks des entreprises de juillet (16 heures) et des stocks hebdomadaires de pétrole (16 heures 30).

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI