Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les convictions de gestion 2012 de rothschild am

Marché : Les convictions de gestion 2012 de rothschild am

tradingsat

(CercleFinance.com) - Philippe Uzan, directeur des gestions chez Edmond de Rothschild Asset Management, a livré ses convictions de gestion pour 2012, lors d'une réunion avec la presse organisée ce mercredi matin.

Il a estimé que 2012 ne constituerait pas une nouvelle année perdue pour les placements financiers.

Tout d'abord, Philippe Uzan a dressé un portrait de l'environnement macroéconomique des prochains mois. 'La récession en zone euro devrait durer jusqu'en milieu d'année', a-t-il indiqué, en raison de la contraction de la dépense publique et des difficultés d'accès au financement.

'La clé de la sortie de cette récession est le retour de la confiance', a-t-il ajouté, précisant que le risque politique s'avère limité, en raison de l'attachement des dirigeants au projet européen et des conséquences désastreuses qu'entraînerait un échec des négociations.

Selon le directeur des gestions de Rothschild AM, 'les marchés se concentrent trop sur la parole des politiques et pas assez sur la qualité des bilans des entreprises et sur l'action de la BCE'.

Il a souligné que les sociétés européennes disposent de nombreux atouts par rapport à 2007 ou 2008 et affichent une bien meilleure santé que les Etats.

Ainsi, leurs profits ne diminueraient que légèrement, pas autant que lors des phases de récession traditionnelles.

Philippe Uzan a ensuite fait part d'une stratégie d'allocation bâtie sur 'deux jambes', à savoir la prudence et un intérêt pour les actifs exagérément pénalisés.

Ainsi, Rothschild est récemment revenu de négatif à neutre sur les actions en zone euro. Le gérant a témoigné de sa préférence pour les valeurs défensives et les moins endettées, notamment pour le secteur pharmaceutique.

'Il s'agit de privilégier les sociétés disposant d'une forte capacité d'autofinancement et capables d'augmenter leurs dividendes', a-t-il ajouté.

Concernant les valeurs financières, Philippe Uzan a pointé du doigt un investissement volatile et une visibilité limitée sur des modèles d'activité en mutation, malgré 'des valorisations tentantes'.

Il a également tenu à évoquer l'intérêt des obligations convertibles et de la dette périphérique, italienne et espagnole.

Enfin, il a mis en lumière la thématique 'marchés émergents', dont les investisseurs peuvent tirer partie au travers des actions asiatiques et des sociétés européennes aptes à profiter de ce pôle de croissance.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI