Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les bourses européennes terminent en hausse, paris gagne 1,82%

Marché : Les bourses européennes terminent en hausse, paris gagne 1,82%

Les bourses européennes terminent en hausse, paris gagne 1,82%Les bourses européennes terminent en hausse, paris gagne 1,82%

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé la semaine sur une note d'optimisme vendredi avant un week-end de tous les dangers pour la zone euro, avec des élections législatives en Grèce qui pourraient pousser Athènes vers une sortie de la monnaie unique, et un sommet du G20 sous haute tension lundi et mardi à Los Cabos, au Mexique.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 1,82% (55,17 points) à 3087,62 points, terminant une semaine agitée sur une hausse hebdomadaire de 1,18%.

Le Dax allemand s'est également inscrit en nette progression de 1,48%, de même que l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 de 1,41%. Le Footsie britannique a enregistré une hausse plus modeste de 0,22%.

La progression des places boursières a été tirée par le rebond des valeurs financières. Le secteur européen des banques a grimpé de 1,71% et celui de l'assurance de 1,97%.

Le compartiment automobile (+1,40%) a également été recherché malgré l'annonce d'une baisse de 8,7% des immatriculations de voitures neuves en mai dans l'Union européenne, selon l'Association des constructeurs européens d'automobiles (Acea).

Sur le front des valeurs, Crédit Agricole a profité du rebond des bancaires pour signer la plus forte hausse du CAC 40 (+6,28%).

Carrefour a signé la deuxième progression (+5,92%) après que le distributeur, à deux jours d'élections cruciales pour l'avenir de la Grèce, a annoncé vendredi qu'il se retirait de ce pays, une opération qui coûtera 220 millions d'euros de charges au groupe français mais le libérera de son exposition financière à la péninsule hellénique.

A la clôture des Bourses européennes, Wall Street était également orientée à la hausse, malgré de nouvelles statistiques décevantes aux Etats-Unis, dont une chute de 15 points de l'indice "Empire State" de l'activité manufacturière dans la région de New York en juin et un recul de la production industrielle en mai.

A New York comme en Europe, les investisseurs ont été un peu rassérénés par la perspective d'une action des banques centrales pour soulager les marchés après les élections grecques.

Le faible volume des échanges a toutefois rappelé que la prudence restait de mise.

"Le genre d'action décrit en Europe serait une étape positive, même si ce n'est qu'une des dix choses qu'il faudrait faire pour stabiliser la situation", a commenté David Carter, directeur investissements chez Lenow Wealth Advisors.

La zone euro est en proie à des risques sérieux et les responsables politiques doivent agir rapidement, a répété vendredi le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, ajoutant que, de son côté, l'institution monétaire se tenait prête à soutenir les banques.

Le Fonds monétaire international (FMI) a également appelé à une aide immédiate de la zone euro à l'Espagne, pour aider les banques et pour éviter la contagion.

Tangi Salaün pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI