Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les bourses européennes en recul à la mi-séance

Marché : Les bourses européennes en recul à la mi-séance

Les bourses européennes en recul à la mi-séanceLes bourses européennes en recul à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes restent en recul mardi à mi-séance, l'incertitude sur la croissance mondiale et l'attitude des grandes banques centrales incitant les investisseurs à la prudence.

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,53% à 3.444,54 points vers 10h30 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,36% et à Londres, le FTSE, qui ne cotait pas lundi, jour férié à Londres, est stable. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 abandonne de son côté 0,37%. Les futures sur indice américains annoncent des petits rebonds allant de 0,13% à 0,19%.

Les intervenants attendent notamment l'intervention du président de la Fed vendredi à Jackson Hole. Les analystes doutent pourtant que Ben Bernanke lève le voile à l'occasion de ce symposium sur les projets de la Réserve fédérale américaine, qui ne seraient ainsi dévoilés qu'à l'occasion de sa réunion de politique monétaire des 12 et 13 septembre.

"Les marchés ont été trop optimistes dernièrement, ce qui a finalement poussé les traders à s'interroger sur la probabilité que les banques centrales mettent effectivement en oeuvre les mesures anticipées par les marchés", souligne Andrew Taylor, stratégiste chez GFT Global.

Les secteurs cycliques, notamment les technologiques (-1,28%) et les produits de base (-0,9%) essuient les plus lourdes pertes en Europe. Nokia recule de 6,11%, plus forte baisse de l'indice l'EuroStoxx 50, et Saint-Gobain cède 1,8%.

L'euro s'est retourné à la hausse face au dollar après l'annonce que le président de la Banque centrale européenne (BCE) n'assisterait pas à la réunion de Jackson Hole, un mouvement renforcé par une rumeur d'abaissement de la note de crédit des Etats-Unis.

"Maintenant que l'on sait que Mario Draghi ne va pas aller à Jackson Hole, les attentes sur la conférence de presse de la BCE de la semaine prochaine vont être beaucoup plus fortes", commente un cambiste.

En revanche, la menace que la tempête tropicale aux Etats-Unis monte en puissance pour se transformer en ouragan, affectant la production de pétrole, soutient les cours du baril de Brent qui se traite au-dessus des 112,50 dollars, après son recul de la veille.

Juliette Rouillon pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI