Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Les bourses européennes en ordre dispersé à la mi-séance

Marché : Les bourses européennes en ordre dispersé à la mi-séance

Les bourses européennes en ordre dispersé à la mi-séanceLes bourses européennes en ordre dispersé à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé vendredi, l'abandon par Athènes de son projet de référendum sur le plan de sauvetage du pays étant quelque peu éclipsé par des indicateurs économiques pires que redouté, qui ravivent le spectre d'une récession.

Le ministère grec des Finances a officiellement annoncé vendredi l'abandon du projet de référendum sur le plan de sauvetage financier du pays.

"On ne voit pas très clair à court terme. Le cas grec n'est pas le seul sujet d'inquiétudes", tempère toutefois Benoit Peloille, stratège actions chez Natixis. "Les craintes sur la croissance restent très présentes en Europe comme l'illustrent les derniers indices PMI, qui renforcent l'idée d'un ralentissement économique, voire d'une récession."

Plombée par la crise de la dette, l'activité des entreprises de services de la zone euro s'est contractée plus nettement encore que prévu en octobre, l'indice PMI des services tombant à 46,4, son plus bas depuis juillet 2009, contre 48,8 en septembre.

Vers 13h, le CAC 40 cède 0,35% à 3.184 points. À Londres, le FTSE gagne 0,5% et le Dax allemand recule de 0,8%.

L'indice sectoriel européen des matières premières soutient le marché, gagnant 1,0% grâce notamment à la hausse de 2,7% du géant minier Anglo American, qui s'apprête à relever à 85% sa participation dans le groupe de diamants De Beers.

Alcatel-Lucent accuse la plus forte baisse du CAC 40, chutant de plus de 13% après avoir abaissé son objectif de rentabilité pour 2011, dans la dernière ligne droite de son plan triennal de redressement, en citant une conjoncture défavorable et la frilosité de la part des opérateurs télécoms européens.

Les futures sur indices annoncent une ouverture en baisse sur les marchés américains, sur fond d'incertitudes sur la situation politique en Grèce et dans l'attente des chiffres mensuels de l'emploi américain (12h30 GMT).

L'euro progresse au-delà de 1,38 dollar après l'abandon du référendum grec, dont l'annonce l'avait fait chuter mardi à un plus bas de trois semaines (1,3608). Mais les gains restent limités par la décision de la Banque centrale européenne jeudi de réduire ses taux directeurs. Après le chiffre plus que morose de l'activité des services dans la zone euro, une déception sur le front de l'emploi américain pourrait amener les investisseurs à préférer des devises moins risquées, comme le dollar et le yen.

Les cours progressent autour de 94 dollars le baril de brut pour le WTI et 112 dollars pour le Brent en soulagement à l'abandon du référendum grec, mais les acteurs du marché surveilleront de près les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, premier consommateur d'or noir.

Le regain d'appétit pour le risque a éloigné les investisseurs des Bunds et des Treasuries, mais les écarts de rendement entre le papier allemand et ses équivalents italien et français restent proches de leurs plus hauts niveaux depuis la création de l'euro, signe que les investisseurs s'inquiètent toujours d'une possible contagion de la crise de la dette à d'autres pays de la monnaie unique.

Natalie Huet pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...