Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Les bourses européennes décrochent dans le sillage de tokyo

Marché : Les bourses européennes décrochent dans le sillage de tokyo

Les bourses européennes décrochent dans le sillage de tokyoLes bourses européennes décrochent dans le sillage de tokyo

LONDRES/PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes creusent leurs pertes mardi en matinée, à leurs plus bas de plus de trois mois, dans le sillage du marché japonais qui a plongé de 16% en deux jours alors que l'inquiétude s'accroît autour du risque nucléaire au Japon.

Avec l'aversion au risque, l'indice de volatilité fait un bond d'environ 40% à ses plus hauts niveaux depuis plus de neuf mois.

"Le risque d'une catastrophe nucléaire de grande ampleur s'est accru radicalement et les traders réagissent en conséquence", a déclaré Chris Weston, d'IG Markets.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse pour la cinquième séance consécutive et cède 3,3% à 10h00 GMT, à 1.071 points après être tombé un peu plus tôt à 1.067,18, son plus bas depuis début décembre.

A Paris, l'indice CAC 40 abandonne 3,71%. Après trois heures de transactions, les volumes sur le CAC 40 représentent déjà près de 80% de la moyenne des échanges quotidiens sur les trois derniers mois.

La Bourse de Londres perd 2,5% et celle de Francfort chute de 4,9%.

Tous les compartiments boursiers sont affectés, en particulier notamment ceux de l'énergie, du luxe, de l'électronique, de l'automobile et des matériaux de base (mines et acier notamment).

Parmi les acteurs de l'énergie nucléaire, l'action EDF recule de 4% et le certificat d'investissement d'Areva dégringole de plus de 9%.

Mais c'est l'indice sectoriel européen de l'automobile qui accuse la plus forte baisse avec un recul de 5,5%.

Renault perd 5,45%, dans le sillage du recul de 12,5% accusé en deux jours par son partenaire japonais Nissan. Porsche et Richemont décrochent de plus de 6%, tout comme le géant français du luxe LVMH. L'indice sectoriel européen se contracte de 3,7%.

Dans le rouge également, le secteur européen de l'assurance perd 3,5% avec la perspective de lourdes pertes matérielles et humaines après le séisme et le tsunami de vendredi.

Le marché pétrolier est aussi en net repli en dépit de la crise libyenne, le Japon étant le troisième consommateur mondial de brut. Le baril de Brent de mer du Nord perd ainsi 3 dollars à 110,5 dollars.

La Bourse de Tokyo a plongé de 10,55% mardi, affichant sa plus forte chute en pourcentage depuis octobre 2008. Elle a entraîné dans son sillage les autres places asiatiques, mais aussi des matières premières telles que le cuivre ou le pétrole, notamment.

A l'inverse, les prix de composants-clefs pour le secteur technologique continuent de grimper, la catastrophe au Japon étant susceptible de perturber la chaîne manufacturière mondiale plus longtemps qu'initialement prévu.

Avec Juliette Rouillon à Paris, Pascal Schmuck à Zurich, Myriam Rivet pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...