Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Les banques européennes se délestent de créances en asie

Marché : Les banques européennes se délestent de créances en asie

Les banques européennes se délestent de créances en asieLes banques européennes se délestent de créances en asie

HONG KONG (Reuters) - Les contraintes nouvelles que leur impose la crise de la dette dans la zone euro ont conduit plusieurs banques européennes à se délester de leurs créances sur des entreprises asiatiques.

De grandes banques françaises, comme le Crédit agricole, et des établissements d'autres pays européens cherchent à céder des actifs non-européens pour renforcer leur bilan.

Le Crédit agricole a ainsi dressé une liste de 64 prêts en Asie, d'un montant total de 1,1 milliard de dollars (815 millions d'euros environ), selon un document que s'est procuré Reuters.

Sur cette liste figurent des prêts accordés à des entreprises comme l'opérateur indien Bharti Airtel ou le groupe immobilier de Hong Kong Sun Hung Kai Properties.

Il y a deux ans, le groupe français ne proposait à la vente que huit prêts en Asie, pour un montant global de 170 millions de dollars, montre un document équivalent de cette époque.

"Ce que l'on constate c'est la preuve de ce que l'on entend: les banques européennes réduisent l'effet de levier et vendent des actifs", commente Philip Cracknell, responsable de la syndication de prêts de Standard Chartered Bank.

Il est inhabituel de voir autant de prêts mis en vente simultanément en Asie. Et les banques soumettent en outre leurs propositions à des concurrents qu'elles laisseraient habituellement à l'écart de telles opérations.

HSBC, la première banque d'Europe, offre 17 prêts à des entreprises, d'un montant global de 370 millions de dollars, selon un autre document que s'est procuré Reuters.

HSBC et le Crédit agricole ont refusé de commenter ces informations.

La part des banques européennes dans les prêts syndiqués en Asie (hors Japon) est tombée à 16% au premier semestre de cette année, contre près de 30% il y a trois ans, selon les statistiques de Thomson Reuters LPC.

"Ce qui se passe depuis août, c'est un mouvement très dynamique de 'deleveraging' dans ces régions", explique Philip Suttle, chef économiste de l'Institute of International Finance, en référence aux marchés émergents comme l'Europe de l'Est ou l'Asie.

Michael Flaherty et Stephen Aldred, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...