Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Le yuan serait "convertible de fait" d'ici 2015

Marché : Le yuan serait "convertible de fait" d'ici 2015

Le yuan serait Le yuan serait

PEKIN (Reuters) - La Chine souhaite rendre le yuan "convertible de fait" et libéraliser les taux d'intérêt d'ici 2015, rapporte jeudi une publication d'Etat.

Le Quotidien d'information économique, qui dépend de l'agence de presse Chine nouvelle, cite sur son site internet le projet de douzième plan quinquennal (2011-2015) du secteur financier, que doivent encore publier la banque centrale chinoise et les autres instances de régulation.

L'article en ligne du quotidien semble similaire à un article paru le 11 août dans l'édition papier.

Pékin n'a jamais indiqué quand le yuan serait totalement convertible, mais selon un projet de plan quinquennal publié en avril, la Chine veut "graduellement rendre le yuan convertible dans les comptes de capitaux".

La Banque populaire de Chine et trois régulateurs financiers de haut rang ont également proposé de développer le marché décentralisé du yuan à Hong Kong et de créer un poste de régulateur, de même rang qu'un ministre, pour le secteur financier public, indique le Quotidien d'information économique.

La Banque populaire de Chine a par la suite souligné jeudi qu'aucun calendrier n'avait été établi en vue d'une convertibilité totale du yuan.

"La Chine a publié un plan (prévoyant la convertibilité du yuan sur les comptes de capitaux). Jusqu'à présent, ce plan ne définit pas de calendrier clair pour la convertibilité totale", a déclaré le gouverneur de la banque centrale chinoise, Zhou Xiaochuan.

L'agence Bloomberg rapportait jeudi que la Chine souhaitait rendre sa devise "pleinement convertible" d'ici 2015, ce qui représenterait une avancée considérable dans la politique chinoise de libéralisation des marchés.

Les analystes du secteur estiment que le yuan sera totalement convertible au plus tard en 2020.

La devise chinoise est totalement convertible dans les comptes courants, mais Pékin conserve un contrôle étroit sur les comptes de capitaux.

Langi Chiang et Kevin Yao, avec Sebastian Tong à Londres; Danielle Rouquié et Gregory Schwartz pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...