Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le risque de "credit crunch" pire qu'en 2008, selon le fonds pai

Marché : Le risque de "credit crunch" pire qu'en 2008, selon le fonds pai

Le risque de Le risque de

par Julien Ponthus et Christian Plumb

PARIS (Reuters) - Le risque de "credit crunch" en Europe, c'est-à-dire d'un gel du crédit bancaire, est plus grave à l'heure actuelle qu'il ne l'était au lendemain de la faillite de Lehman Brothers en 2008, juge le président de PAI Partners, l'un des plus grands fonds français de capital-investissement.

La volonté des banques de réduire rapidement la taille de leur bilan pourrait avoir des conséquences très négatives sur l'activité économique, a déclaré à Reuters Lionel Zinsou, mercredi soir en marge de la conférence "Super investor" à Paris.

"Nous avons un vrai risque de 'credit crunch' européen, pire que le 'credit crunch' du quatrième trimestre 2008 et du premier trimestre 2009", a indiqué le financier.

"Nous, nous avons besoin de banques qui fonctionnent (...) aujourd'hui les banques sont sur la défensive", a expliqué Lionel Zinsou, qui a pris la tête de PAI en 2009 alors que le fonds était touché de plein fouet par la crise.

"Aujourd'hui, les banques sont obligées de réduire leur bilan contre leur volonté parce qu'il y a eu des problèmes de management public souverain", a-t-il ajouté, appelant à une stabilisation rapide de la crise de la dette dans la zone euro.

Le 'credit crunch' de 2008 a eu pour effet de fermer les robinets du crédit bancaire, limitant drastiquement les possibilités d'acquisition des fonds d'investissement qui utilisent des montages financiers basés sur d'importantes proportions de dette (LBO).

Pire, la récession engendrée en partie par le gel du crédit a littéralement étranglé certaines entreprises rachetées sous LBO, incapables pour certaines de rembourser les intérêts de la dette que les fonds avaient contractée pour les racheter.

Ces derniers ont dû dans certains cas, comme pour PAI avec l'entreprise Monier, accepter de perdre l'intégralité de leur investissement.

Pour Lionel Zinsou, la situation diffère néanmoins de celle de 2008 car si un scénario de récession en Europe est plausible, il n'est pas anticipé aux Etats-Unis, ce qui devrait limiter son intensité.

Autre différence avec 2008, la possibilité d'une récession a été largement anticipée par les entreprises qui s'y sont préparées en réduisant leurs stocks ou encore en se montrant prudentes en matière d'embauches et d'investissements.

PAI, dont le dernier fonds pèse 2,7 milliards d'euros, compte en lever un nouveau en 2012 après avoir réalisé encore un ou deux investissement d'ici là.

Le secteur du capital-investissement a connu une reprise importante en France à partir de 2010 mais ce mouvement a été interrompu à la mi-2011 avec l'exacerbation de la crise de la dette souveraine.

PAI a largement profité de cette fenêtre de tir en vendant le groupe d'ingénierie électrique Spie, les magasins de mode italiens Gruppo Coin, le fabricant de yaourts Yoplait ou encore la Compagnie européenne de prévoyance (CEP).

Il a aussi procédé à des acquisitions comme Kiloutou, une entreprise spécialisée dans la location de matériels, ou l'enseigne de lingerie allemande Hunkemöller.

Julien Ponthus, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI