Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Le portugal prévoit de taxer les primes de fin d'année 2011

Marché : Le portugal prévoit de taxer les primes de fin d'année 2011

Le portugal prévoit de taxer les primes de fin d'année 2011Le portugal prévoit de taxer les primes de fin d'année 2011

LISBONNE (Reuters) - Le Premier ministre portugais de centre-droit a annoncé jeudi un impôt exceptionnel sur les primes de fin d'année, signe de sa volonté d'assainir les finances publiques en prenant une mesure qui va au-delà des exigences du plan de renflouement de 78 milliards d'euros.

Pedro Passos Coelho, qui faisait sa première apparition au Parlement depuis son élection le 5 juin, a déclaré que le gouvernement imposerait en 2011 un prélèvement de 50% sur l'ensemble des primes de fin d'année, soit la moitié d'un salaire mensuel, reçues par les Portugais.

Il a expliqué que ce prélèvement ponctuel était nécessaire parce que de nouvelles données budgétaires concernant le premier trimestre montraient que les objectifs budgétaires ne seraient pas faciles à atteindre.

Cette taxe exceptionnelle devrait permettre de lever 800 millions d'euros.

"Je ne vais pas laisser à d'autres le soin d'annoncer les mauvaises nouvelles", a déclaré Passos Coelho au parlement, dévoilant une mesure que le gouvernement socialiste sortant avait écartée. "Le gouvernement se prépare à adopter une contribution exceptionnelle qui sera prélevée sur le revenu".

Le Premier ministre a précisé que seuls seraient exonérés ceux qui perçoivent le salaire minimum.

Le rendement de l'emprunt portugais à dix ans a perdu une dizaine de points de base à 12,2% après le discours de Passos Coelho.

"Remplir les objectifs du programme d'ajustement primera tout autre objectif", a-t-il expliqué. "Nous avons tiré les leçons du passé et nous serons rigoureux dans la réduction des dépenses publiques".

Selon le plan d'aide international, le Portugal doit ramener cette année son déficit budgétaire à 5,9% du produit intérieur brut (PIB) contre 9,2% en 2010.

Les données publiées cette semaine ont montré que le déficit budgétaire était tombé à 8,7% du PIB sur une période de 12 mois au 31 mars.

Sergio Gonçalves, Axel Bugge et Andrei Khalip, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...