Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Le pétrolier italien eni va reprendre pied en libye

Marché : Le pétrolier italien eni va reprendre pied en libye

Le pétrolier italien eni va reprendre pied en libyeLe pétrolier italien eni va reprendre pied en libye

BENGHAZI, Libye/MILAN (Reuters) - Le géant pétrolier italien Eni a signé lundi un accord avec les nouvelles autorités libyennes du Conseil national de transition (CNT), mis en place par les rebelles, pour reprendre ses activités dans le pays.

La compagnie italienne était le premier groupe pétrolier étranger présent en Libye avant l'insurrection contre Mouammar Kadhafi. Mais l'Italie, qui a hésité à apporter son soutien aux rebelles dans les premiers temps de la guerre civile, redoute de perdre son rang de partenaire privilégié de la Libye.

"Le mémorandum signé aujourd'hui est une confirmation des relations solides entre Eni et le CNT, qui évalue les différentes formes possibles de coopération pour assurer une reprise ordonnée des opérations dans le secteur du pétrole et du gaz", écrit la direction d'Eni dans un communiqué.

La signature de l'accord est intervenue après une rencontre à Benghazi entre les dirigeants du Conseil national de transition et le président d'Eni, Paolo Scaroni, premier dirigeant d'un grand groupe pétrolier étranger à se rendre en Libye depuis la prise de Tripoli par les rebelles.

Aux termes de l'accord, Eni s'engage à livrer des produits raffinés pour soulager les besoins immédiats de la population libyenne.

Le groupe italien apportera également son assistance technique pour évaluer l'état des infrastructures et des installations en Libye ainsi qu'une aide humanitaire sous forme médicale.

Présent en Libye depuis 1959, Eni était le plus grand exploitant pétrolier étranger en Libye avant la guerre civile.

Le groupe italien est désireux de nouer des relations avec les futurs nouveaux dirigeants de ce pays après les hésitations diplomatiques du gouvernement de Silvio Berlusconi dans la première phase du soulèvement.

Stephen Jewkes, avec Emma Farge à Benghazi; Jean-Loup Fiévet et Henri-Pierre André pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...