Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le marché automobile repart à la baisse

Marché : Le marché automobile repart à la baisse

Le marché automobile repart à la baisseLe marché automobile repart à la baisse

PARIS (Reuters) - Le marché automobile français est reparti à la baisse en novembre après un léger rebond le mois précédent, la disparition des effets retardés de la prime à la casse pesant notamment sur les ventes de petites voitures.

Les immatriculations de voitures neuves ont diminué de 7,6% le mois dernier, à 179.160 unités, montrent les statistiques publiées jeudi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

Elles avaient augmenté de 2,8% en octobre, grâce notamment aux offres commerciales aux particuliers.

Les chiffres de novembre s'entendent en données brutes comme à nombre de jours ouvrables comparable, novembre 2011 ayant compté 20 jours ouvrables comme novembre 2010.

"On repart dans la typologie du marché français sans prime à la casse", a expliqué à Reuters François Roudier, porte-parole du CCFA.

"Quand on sort de la prime à la casse, on n'a plus l'avantage de vendre beaucoup de voitures d'entrée de gamme. La diminution concerne surtout les petites voitures."

Sur les onze premiers mois de l'année, le marché automobile français affiche une baisse de 0,3% par rapport à la période correspondante de 2010.

Et ce recul atteint 4,7% pour les seuls constructeurs français, dont la part du marché des voitures particulières ressort à 56,9% sur janvier-novembre, soit une baisse de 2,6 points par rapport à l'an dernier.

LE DÉBUT 2012 S'ANNONCE DIFFICILE

Le détail des ventes par constructeur confirme les difficultés persistantes de PSA Peugeot Citroën, dont les ventes de voitures neuves aux particuliers ont baissé de 15,4%, un repli deux fois plus marqué que celui du marché. Peugeot affiche une chute de 23,4% tandis que Citroën limite son recul à 4,9%.

De son côté, le groupe Renault fait un peu mieux que l'ensemble du marché français avec un recul de 7,2% de ses ventes, toujours grâce au succès de Dacia (+26,9%).

La marque au losange, elle, voit ses ventes baisser de 13,8% après la forte remontée de septembre et octobre qui marquait un rattrapage après plusieurs mois pénalisés par des pénuries de composants pour son moteur diesel le plus vendu.

Nissan, l'allié japonais de Renault, enregistre une hausse de 12,2% de ses ventes.

Les autres constructeurs étrangers connaissent des fortunes diverses: Volkswagen a augmenté ses ventes de 1,8% mais General Motors a vu les siennes chuter de 18,5% (-17,0% pour Opel, -24,6% pour Chevrolet).

Parallèlement à celui des voitures particulières, le marché français des utilitaires légers est resté dynamique en novembre, malgré un contexte économique difficile, avec une progression de 9,9%, à 39.723 unités. Il a progressé de 2,9% sur la période janvier-novembre.

La dégradation de la conjoncture et de la confiance, liée notamment à la crise de la dette dans la zone euro, pourrait cependant peser sur le marché automobile au cours des prochains mois.

"Le marché des commandes annonce un début d'année difficile dans l'automobile", déclare Bernard Cambier, le directeur commercial France de Renault, dans un communiqué.

En incluant les véhicules utilitaires légers, Renault affiche une part de marché de 28,4% en novembre, en hausse de 0,8 point sur un an, alors que PSA Peugeot Citroën voit la sienne reculer de 1,8 point à 30,7%.

A la Bourse de Paris, l'action PSA Peugeot Citroën gagnait 0,25% à 12h50 et Renault 1,17% alors que l'indice Stoxx 600 européen du secteur abandonnait 0,33%.

Marc Angrand, avec Laurence Frost, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI