Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le g20 doit consolider la reprise, juge nicolas sarkozy

Marché : Le g20 doit consolider la reprise, juge nicolas sarkozy

Le g20 doit consolider la reprise, juge nicolas sarkozyLe g20 doit consolider la reprise, juge nicolas sarkozy

PARIS (Reuters) - Les pays du G20 doivent s'employer à soutenir la croissance économique mondiale car une rigueur généralisée les menacerait d'une nouvelle récession, a déclaré mercredi Nicolas Sarkozy.

La France accueillera le prochain sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du Groupe des Vingt à Cannes, en novembre, alors que la zone euro peine à apaiser les craintes liées à la crise de la dette et que les signes de ralentissement économique se multiplient aux Etats-Unis et dans d'autres grands pays industrialisés.

"Pour réduire les déficits et les dettes, il faut de la croissance", a dit le président de la République devant les ambassadeurs français réunis à Paris.

"Des politiques de rigueur au niveau mondial seraient pires que le mal : elles menaceraient la reprise et risqueraient de nous replonger dans la récession. La réduction des déficits et des dettes, qui est indispensable, doit être graduelle et surtout crédible", a-t-il ajouté.

Elle doit s'accompagner d'un rééquilibrage de la croissance mondiale qui passera, selon lui, par un nouveau modèle de développement favorisant la demande interne dans les pays émergents.

Nicolas Sarkozy a indiqué que la France souhaitait que le G20 se mette d'accord à Cannes "sur un plan d'action pour la croissance, comprenant des engagements précis et concrets des principales économies".

PLAIDOYER POUR LA RÈGLE D'OR

Evoquant la situation dans la zone euro, il a déclaré qu'elle n'était pas "l'homme malade que nous décrivent certains".

Il en veut pour preuve que, même si certains sont dans une situation difficile, la dette publique globale de ses pays membres rapportée à leur richesse économique se situerait en 2012 à des niveaux inférieurs à ceux de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis et du Japon.

Il a salué les "mesures courageuses" prises par l'Espagne et l'Italie pour améliorer leurs finances publiques et assuré que les 17 pays de la zone prendraient toutes les mesures nécessaires pour la renforcer et faire échec à la spéculation.

Parmi celles-ci, il a évoqué les propositions de renforcement de la gouvernance de la zone euro et de la coordination des politiques économiques de ses membres avancées récemment par la France et l'Allemagne.

Sur ce dernier point, il a plaidé une nouvelle fois pour l'adoption, par la France, d'une "règle d'or" sur l'équilibre des finances publiques qui n'a aucune chance d'aboutir si l'opposition socialiste persiste dans son refus de la voter.

"Ce qu'on est capable de faire dans les autres démocraties européennes, pourquoi la France serait incapable de l'assumer ?", a-t-il dit, pour ajouter : "Je ne doute pas, compte tenu de la qualité des acteurs en France, que chacun, après y avoir mûrement réfléchi, considèrera que l'intérêt de notre pays dépasse, et de loin, l'intérêt de son parti"

Yann Le Guernigou, édité par Gérard Bon

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI