Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Le dossier grec pénalise de nouveau l'euro

Marché : Le dossier grec pénalise de nouveau l'euro

tradingsat

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne cédait du terrain ce midi sur fond d'incertitude et de scepticisme quant au fameux “accord grec” avec le reste de l'Europe sur son devenir budgétaire. Vers 13 heures 15, l'euro cédait 0,59%à 1,3207 dollar.

Idem avec les autres devises, un recul de 0,47% étant enregistré contre la livre à 0,8361, ainsi que 0,46% face au yen à 102,72 et 0,16% contre le franc suisse à 1,2094.

Hier, la BCE et la Banque d'Angleterre ont grosso fait ce que le marché attendait d'elles. Les taux ont été maintenus, et la Banque d'Angleterre a étendu de 50 milliards de sterlings son plan d'assouplissement quantitatif. A la BCE, Mario Draghi a évoqué des signes de stabilisation de la conjoncture européenne, quoique sur de bas niveaux d'activité.

Mais c'est finalement le dossier grec, et ses accords - ou demi-accords - qui alimente l'incertitude. 'Les dirigeants grecs se sont engagés verbalement à faire adopter des mesures d'austérité, mais les responsables de la zone euro ne semblent pas convaincus et veulent obtenir des engagements noir sur blanc', explique Chris Weston, chez IG Markets.

“Les problèmes de la dette grecque ne sont évidemment pas soldés. Les conditions de l'opération d'échange ne sont encore complètement arrêtées. La mise en place du nouveau plan de rigueur est difficile. Le déblocage du deuxième plan d'aide internationale de 130 milliards d'euros n'est pas acquis”, explique Etienne Pourny, patron de Stelphia AM. “Le risque de défaut sur les 14,5 milliards d'euros qui arrivent à échéance le 20 mars n'a pas disparu', conclut-il.

Il semble, rapportent les cambistes de la banque canadienne Scotiabank FX, qu'Athènes ait du mal à s'accorder avec ses partenaires sur un des aspects de l'accord, dont celui sur les retraites.

L'équipe Changes de Pictet & Cie ajoute encore que “le programme des privatisations de la Grèce, qui devait porter sur 50 milliards d'euros d'ici 2015, ne s'élèvera finalement qu'à 19 milliards d'euros. Les partis politiques grecs ne sont toujours pas parvenus à un accord sur le deuxième plan de sauvetage et sur les mesures à prendre pour sauver l'Etat”.

Chez Scotiabank FX, on relativise cependant : 'la Grèce compte effectivement au nombre des paramètres à prendre en considération, mais à moyen terme pour le marché des changes, ce que fait la BCE est bien plus important'.

Ces inquiétudes interviennent dans une conjoncture toujours déprimée en Europe, qui semble s'être traduite par une baisse de 0,5% des exportations de la Chine le mois dernier. ' La chute de 15% des importations chinoises devrait toucher aussi l'Allemagne...', ajoute un analyste.

Toujours au chapitre des indicateurs économiques, on notera que la production industrielle de la France a chuté de 1,4% en décembre, tandis que le déficit courant du pays s'est creusé à trois milliards d'euros.

Les marchés prendront connaissance, cet après-midi aux États-Unis, des chiffres de la balance commerciale, puis de l'indice de confiance du consommateur 'UMich', qui pourrait ressortir en légère baisse en février à 74,8 points, contre 75 points précédemment.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...