Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Le directeur général d'ubs démissionne

Marché : Le directeur général d'ubs démissionne

tradingsat

par Emma Thomasson et Catherine Bosley

(Reuters) - Le directeur général de l'UBS, Oswald Grübel, a démissionné samedi, acceptant ainsi d'endosser la responsabilité des pertes massives (2,3 milliards de dollars) consécutives à des transactions non autorisées d'un de ses traders.

La banque, qui annonce son intention de renforcer ses procédures de contrôle de risques dans le cadre d'une restructuration accélérée d'une partie de ses activités, a nommé son responsable pour l'Europe, le Proche-Orient et l'Afrique, Sergio Ermotti, pour assurer l'intérim.

"Oswald Grübel estime qu'il est de son devoir d'assumer la responsabilité du récent incident transactionnel non autorisé. Cela témoigne de son sens inflexible des principes et de l'intégrité", a déclaré Kaspar Villiger, président du conseil d'administration d'UBS, dans un communiqué.

Grübel, un ancien trader âgé de 67 ans venu du Crédit Suisse, avait été nommé à la tête d'UBS en 2009 pour essayer de moderniser cette banque après sa quasi-faillite en 2008 en raison de pertes supérieures à 50 milliards de dollars dues à des avoirs "toxiques".

Ermotti, dont Villiger a déclaré qu'il pourrait être un bon candidat pour garder le poste à titre permanent, a dit lors d'une visioconférence avec des journalistes qu'UBS allait renforcer ses contrôles en matière de risques au niveau du groupe.

Une enquête interne va être ouverte pour établir les faits et les responsabilités. Ses conclusions devront être rendues d'ici deux semaines.

Ermotti, un Suisse du Tessin âgé de 51 ans, a rejoint UBS en avril en provenance de la banque italienne UniCredit.

Le conseil d'administration d'UBS demande par ailleurs une accélération de la restructuration des activités de la banque d'investissement.

Entamée à Singapour, la réunion des administrateurs s'est poursuivie samedi par conférence téléphonique, ont dit des sources à Reuters.

UBS avait revu à la hausse dimanche dernier à 2,3 milliards de dollars (1,67 milliards d'euros) une perte due à des transactions non autorisées, et expliqué comment un trader d'origine ghanéenne, Kweku Adoboli, en poste à Londres, aurait dissimulé son exposition au risque en créant des positions fictives.

En août, UBS avait annoncé son intention de supprimer 3.500 postes supplémentaires - dont près de la moitié dans ses activités de banque d'investissement - pour économiser deux milliards de francs suisses en coûts annuels.

Samedi, Ermotti a évoqué de possibles nouvelles réductions de postes dans la banque d'investissement, sans qu'elle soient importantes.

UBS compte aujourd'hui près de 18.000 employés, contre 16.500 il y a un an.

Clément Guillou et Jean-Loup Fiévet pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...