Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le chinois geely dément être intéressé par saab

Marché : Le chinois geely dément être intéressé par saab

Le chinois geely dément être intéressé par saabLe chinois geely dément être intéressé par saab

STOCKHOLM (Reuters) - Le propriétaire des automobiles Volvo, le chinois Geely, a démenti jeudi être intéressé par le constructeur suédois Saab, après une information en ce sens du quotidien Dagens Nyheter.

Saab, qui n'a pratiquement plus produit de voiture depuis six mois, est sous administration judiciaire. Un prêt de 70 millions d'euros garanti par le chinois Zhejiang Youngman Lotus Automobile n'est toujours pas activé.

Selon le Dagens Nyheter, Youngman souhaiterait se retirer et renoncer à son engagement de mettre de l'argent dans Saab sur le long terme.

"Mais Geely est intéressé par le tout, en terme de production et de développement", a-t-on déclaré au quotidien.

Geely, qui a racheté un autre suédois, les automobiles Volvo, en 2010, s'est rapproché de l'administrateur judiciaire de Saab, a-t-on encore déclaré au quotidien.

Mais Lawrence Ang, administrateur exécutif de Geely Automobile Holdings, filiale cotée à Hong Kong de Geely, a démenti l'information.

"A ce que je sache, nous n'avons pas ce genre de projet", a-t-il dit, en soulignant que Geely était très occupé après son acquisition des automobiles Volvo.

Un porte-parole de Saab s'est refusé à tout commentaire.

Ian Fletcher, analyste automobile chez IHS, ne voit pas d'intérêt à ce genre d'alliance.

"Volvo et Saab, effectivement, luttent pour le même espace depuis des années. Je pense qu'au final, Volvo serait content de la sortie de Saab."

Il rappelle que Geely n'a pas besoin de capacité de production supplémentaire en Suède et qu'il peut se passer de la technologie de Saab.

"Je ne vois tout simplement pas de raison pour laquelle ils pourraient intervenir", déclare l'analyste.

Saab est allé de crise en crise cette année. Il a fermé en avril, incapable de payer ses fournisseurs à qui il doit plus de 150 millions d'euros. En août, il n'a plus été à même de payer les salaires.

Saab avait été racheté par Spyker, devenu depuis Swedish Automobile, à General Motors début 2010, alors qu'il sortait d'une autre période de dépôt de bilan.

La vente des voitures de sport Spyker de Swedish Automobile à l'investisseur russe Vladimir Antonov a également échoué. Ces bolides doivent désormais être vendus à une société de capital-investissement.

Simon Johnson, Danielle Rouquié pour le service français, édité par Gregory Schwartz

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI