Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Le chiffre des créations d'emplois aux etats-unis déçoit en juin

Marché : Le chiffre des créations d'emplois aux etats-unis déçoit en juin

Le chiffre des créations d'emplois aux etats-unis déçoit en juinLe chiffre des créations d'emplois aux etats-unis déçoit en juin

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - L'économie américaine a créé très peu d'emplois au mois de juin et le taux de chômage s'est accru, douchant les espoirs de ceux qui pensaient voir se confirmer la reprise économique des Etats-Unis.

Le mois dernier, 18.000 emplois non-agricoles ont été créés, selon les statistiques officielles publiées vendredi par le département du Travail. Les économistes anticipaient en moyenne 90.000 créations d'emploi.

Le marché du travail a donc connu en juin sa croissance la plus lente depuis septembre 2010, lorsque 29.000 emplois avaient disparu.

"Cela indique que la stagnation de l'économie se poursuit. La croissance des revenus est marginale et rien n'indique donc une dynamique", commente Pierre Ellis, analyste chez Decision Economics à New York.

La nouvelle a un goût amer pour les marchés après l'espoir né jeudi des bons chiffres de l'emploi du secteur privé et des inscriptions au chômage.

Ces chiffres ont dès leur publication eut un net impact sur les marchés, notamment sur le cours de l'euro.

Les contrats à terme sur les indices américains ont fortement chuté, et les cours des Treasuries ont grimpé.

A 9,2%, alors que les analystes attendaient un taux inchangé d'un mois sur l'autre à 9,1%, le chômage atteint son plus haut niveau depuis les 9,4% de décembre 2010.

COUP RUDE POUR OBAMA

Le département du Travail a en outre révisé à la baisse les chiffres des mois d'avril et mai, qui indiquent désormais 44.000 créations d'emploi de moins qu'initialement annoncé.

Le seul secteur privé a créé en juin 57.000 postes, et contribue à l'ensemble de la hausse mensuelle, puisque la fonction publique a de son côté supprimé 39.000 emplois.

L'activité économique des six premiers mois de l'année a été tempérée par la hausse des prix des matières premières et les perturbations des chaînes d'approvisionnement causées par le séisme du 11 mars au Japon.

Ces chiffres sont également un rude coup porté au gouvernement de Barack Obama, qui s'efforce de relancer l'économie pour réduire le chômage, lequel touche 14,1 millions d'Américains.

Pour simplement absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail, il faudrait entre 125.000 et 150.000 créations d'emploi par mois.

Et il paraît difficile de compter sur la Réserve fédérale pour donner un coup de coupe dans la mesure où celle-ci a bouclé la semaine passée son deuxième programme d'assouplissement quantitatif, qui a passé par l'achat de 600 milliards de dollars d'obligations du Trésor.

La durée hebdomadaire du travail a diminué à 34,3 heures en moyenne contre 34,4 heures. Le patronat hésite à faire travailler plus au vu de l'incertitude qui entoure la reprise.

Le salaire horaire moyen a diminué d'un penny, signe que l'inflation par les salaires n'est pas un réel problème.

Gregory Schwartz pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...