Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Le cac 40 repasse sous les 3 900 points après le séisme japonais

Marché : Le cac 40 repasse sous les 3 900 points après le séisme japonais

Le cac 40 repasse sous les 3 900 points après le séisme japonaisLe cac 40 repasse sous les 3 900 points après le séisme japonais

(Tradingsat.com) - Le CAC 40 a glissé sous la barre des 3 900 points pour la première fois depuis près de deux mois (-1,29% à 3 878 points), sur fond d'incertitudes à propos des conséquences économiques du séisme et du tsunami qui ont frappé le nord du Japon vendredi. Les secteurs exposés à cette catastrophe naturelle de très grande ampleur, notamment l'assurance, la réassurance, l'énergie, le luxe ou encore l'automobile, ont souffert en Bourse. A l'inverse, les banques étaient recherchées après les accords européens du week-end et une note positive de JP Morgan.

Scor, cinquième réassureur mondial, a annoncé ce soir dans un communiqué que ses pertes totales en Non-Vie, nettes des protections proportionnelles et non-proportionnelles, ne dépasseront pas 185 millions d'euros avant impôts. Le montant total des sinistres à sa charge devrait être inférieur à ce montant maximum, a précisé le Groupe. Le titre a reculé de 3,4% lundi après avoir perdu plus de 5% vendredi. Depuis le début de l'année 2011, Scor est concerné par une série de catastrophes naturelles, comme en Australie, avec des cyclones et des inondations, et en Nouvelle-Zélande, avec un nouveau tremblement de terre qui a dévasté Christchurch. JP Morgan Cazenove estime pour le moment le coût du séisme japonais pour les réassureurs européens entre 0,7 et 1,4 milliard d'euros.

Areva a dévissé de 9,6% lundi. Le premier producteur mondial d'énergie nucléaire a subi le contrecoup de la catastrophe japonaise. Le séisme et le tsunami ont provoqué une panne des circuits de refroidissement et des explosions sur les réacteurs 1 et 3 de la centrale nucléaire de Fukushima, située à 250 km au nord-est de Tokyo. Malgré les efforts déployés par Tepco, l'opérateur japonais des centrales arrêtées, pour refroidir les réacteurs, certains spécialistes américains redoutent maintenant une catastrophe nucléaire du type de celle survenue il y a 25 ans à Tchnernobyl.

Renault (-6,3%). L'automobile fait partie des nombreux secteurs industriels touchés au Japon par le tsunami du vendredi 11 mars. Ainsi, Toyota a annoncé ce week-end la fermeture de ses douze sites de production jusqu'au 16 mars. Honda a suspendu l'activité de quatre usines, de même que Nissan. Renault a parallèlement indiqué lundi avoir pris connaissance des informations communiquées par le Procureur de la République de Paris dans le cadre de l'enquête sur l'espionnage présumé dont l'entreprise aurait été victime. Au vu des éléments recueillis par le Parquet de Paris et les enquêteurs de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur), le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, a en effet expliqué que la thèse de l'espionnage industriel étaiet dorénavant écartée. La procédure s'oriente désormais vers la piste d'une "escroquerie au renseignement".

Alcatel-Lucent (-0,1%). Jefferies a réitéré ce lundi une recommandation à l'achat sur le titre avec un objectif de cours de 5 euros, valorisation que le broker juge toujours "conservatrice". L'analyste apprécie Alcatel-Lucent car l'équipementier télécoms est selon lui la "solution la moins onéreuse" (le meilleur choix d'investissement, ndlr) pour jouer le thème des données mobiles, une activité qui devrait connaître une croissance explosive dans les cinq prochaines années.

Alors que les regards sont tournés vers le Japon, les valeurs bancaires se sont nettement distinguées. Dexia (+4,1%), Crédit Agricole (+3,3%), Natixis (+1,6%) et Société Générale (+1,5%) ont affiché des gains notables. Le regain d'optimisme autour des banques s'explique surtout par les annonces rassurantes du week-end lors du sommet des dirigeants des pays de l'Euro Zone. Elles concernent le « Pacte pour l'euro », mesures visant à renforcer la compétitivité de la zone, et l'évolution des mécanismes de soutien financier aux pays en difficultés. JP Morgan Cazenove a par ailleurs relevé lundi son opinion sur les banques européennes de "Neutre" à "Surpondérer".

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...