Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le brésil veut un patron du fmi issu d'un pays émergent

Marché : Le brésil veut un patron du fmi issu d'un pays émergent

Le brésil veut un patron du fmi issu d'un pays émergentLe brésil veut un patron du fmi issu d'un pays émergent

SAO PAULO (Reuters) - Le Brésil souhaiterait que le prochain directeur général du Fonds monétaire international provienne d'un grand pays émergent, mais il ne prévoit pas de faire pression outre mesure sur ce sujet, a déclaré mardi à Reuters un haut responsable gouvernemental.

"Nous pensons qu'il serait bien venu d'avoir quelqu'un d'un pays émergent. L'Inde et le Brésil seraient de bons choix. Mais nous pensons aussi que l'Europe va probablement conserver son emprise profonde sur ce poste. De ce fait, nous ne prévoyons pas d'insister très fortement sur ce sujet pour l'instant", a déclaré le responsable sous condition d'anonymat.

L'incertitude plane au sommet du FMI depuis l'arrestation samedi à New York de son directeur général Dominique Strauss-Kahn, inculpé d'agression sexuelle, tentative de viol et de séquestration. Le conseil d'administration du FMI s'est réuni lundi mais n'a pas encore décidé de lui retirer ou non son mandat, préférant attendre et "suivre l'évolution de la situation", mais déjà les pays émergents font entendre leur voix.

Les commentaires du responsable brésilien succèdent à un communiqué publié également mardi par le ministère chinois des Affaires étrangères, qui estime que le processus de sélection des dirigeants du FMI devrait reposer sur "l'équité, la transparence et le mérite".

Le ministre des Finances brésilien Guido Mantega avait lui aussi déclaré à un comité du FMI en avril - avant que le scandale n'éclate - qu'il était "grand temps" que les institutions de Bretton Woods rompent avec le statu quo selon lequel la direction du FMI revient traditionnellement à un Européen.

L'ancien ministre turc des Finances Kemal Dervis a été présenté comme un possible candidat issu d'un pays émergent. Ancien directeur du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), il travaille actuellement au sein du Brookings Institute, un club de réflexion basé à Washington.

Mais la chancelière allemande Angela Merkel a plaidé lundi pour qu'un Européen conserve la direction du FMI, en raison de son rôle dans la gestion de la crise de la dette dans la zone euro.

Mardi, le quotidien allemand Bild a présenté le président du directoire de la Deutsche Bank Josef Ackermann comme l'un des candidats pressentis par Berlin, citant également Thomas Mirow, président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

A Paris, la ministre de l'Economie Christine Lagarde est également citée comme une possible candidate, ce qui ferait d'elle la première femme à diriger cette institution internationale.

Brian Winter, Natalie Huet pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI