Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Le bras de fer sur la dette des etats-unis pèse sur les marchés

Marché : Le bras de fer sur la dette des etats-unis pèse sur les marchés

Le bras de fer sur la dette des etats-unis pèse sur les marchésLe bras de fer sur la dette des etats-unis pèse sur les marchés

par Andy Sullivan

WASHINGTON (Reuters) - La proposition du président républicain de la Chambre des représentants John Boehner pour sortir les Etats-Unis de l'impasse budgétaire a fait l'objet d'une vive opposition mercredi, ravivant la crainte d'un défaut de Washington le 2 août prochain.

Républicains et démocrates se montrent toujours profondément divisés sur les modalités d'un relèvement du plafond d'endettement des Etats-Unis, actuellement fixé à 14.300 milliards de dollars.

Un échec des négociations pourrait placer le pays en situation de défaut et lui faire perdre sa note souveraine triple A, ce qui relèverait automatiquement les coûts d'emprunt et porterait un coup dur à la première économie mondiale, déjà fortement affaiblie.

Signe que la situation s'enlise, le vote de la proposition de John Boehner n'aura pas lieu avant jeudi au plus tôt, a-t-on appris mardi au Congrès, ce qui risque de retarder encore les négociations.

Le Bureau du budget du Congrès (CBO), organe bipartisan, a en effet estimé que les économies engendrées par ce plan s'élèveraient à 850 milliards de dollars sur dix ans et non à 1.200 milliards comme l'affirmait John Boehner.

Le leader du parti démocrate au Sénat Harry Reid a déclaré qu'aucun sénateur démocrate ne voterait en faveur de ce plan s'il était validé par la Chambre des représentants.

Les mesures avancées par Harry Reid ont également essuyé un revers, car le CBO a évalué qu'elles permettraient de réduire le déficit américain de 2.200 milliards de dollars, soit 500 milliards de moins qu'annoncé par le parti de Barack Obama.

NERVOSITÉ SUR LES MARCHÉS MONDIAUX

"Nous pensons que l'économie mondiale a besoin d'un accord américain", a déclaré la porte-parole du gouvernement français Valérie Pécresse, lors du compte-rendu du conseil des ministres.

"Il faut qu'un accord soit trouvé aux Etats-Unis sur cette question à la fois de la dette américaine mais aussi du redressement des finances publiques américaines."

Le président de Standard & Poor's a déclaré de son côté que les Etats-Unis ne devraient pas faire défaut sur leur dette malgré la persistance de l'impasse politique au Congrès.

"Nos analystes ne pensent pas qu'un défaut aura lieu", a déclaré Deven Sharma devant une commission de la Chambre des représentants.

Ces propos n'ont visiblement pas suffi à rassurer les investisseurs et l'inquiétude dominait toujours les marchés d'actions qui affichaient pour la plupart un repli.

Les Bourses européennes ont accentué leurs pertes dans l'après-midi et terminé en net recul dans la crainte que le blocage des négociations n'entraîne un défaut ou une dégradation de la dette des Etats-Unis.

Wall Street amplifie ses pertes à la mi-séance et s'engage dans une troisième séance de baisse consécutive.

Les cours du franc suisse ont bénéficié de leur statut de valeur-refuge face à un dollar en difficulté, tandis que le coût de la garantie contre un défaut des Etats-Unis l'année prochaine a atteint un niveau record.

L'or spot a atteint un niveau historique à 1.628 dollars l'once, enregistrant son sixième plus haut record en deux semaines.

Catherine Monin pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...