Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Le baril désorienté en ce “black friday”

Marché : Le baril désorienté en ce “black friday”

tradingsat

(CercleFinance.com) - Après le jour férié de Thanksgiving outre-Atlantique et en ce Black Friday, les opérateurs pétroliers ne sont pas encore partis en week-end. Mais entre l'avivement de la crise souveraine en Europe et le regain de craintes autour de l'Iran, aucune tendance ne parvenait à se dégager ce midi. Le baril de Brent de Mer du Nord livrable en janvier prochain prenait ainsi 0,7% à 107,7 dollars quand le WTI américain de même échéance, moins touché par le Moyen-Orient, cédait 0,6% à 95,6 dollars.

La crise souveraine européenne continue en effet de s'étendre et de s'aggraver, au point de toucher maintenant les grands pays du centre de l'union monétaire. Lors du sommet européen de la veille, la chancelière allemande Angela Merkel a de nouveau refusé hier l'institution d'”eurobonds”, qui auraient fait augmenter le taux d'intérêt souverain que paie l'Allemagne. Et elle ne fait pas davantage de concessions concernant l'intervention massive de la BCE sur le marché secondaire de la dette souveraine.

“Pourtant, la contagion de la crise grecque à l'ensemble de la zone euro touchera aussi l'Allemagne (oui l'Allemagne fait partie de la zone euro !)”, indique-t-on chez Barclays Bourse.

Aurel BGC ajoute que la crise du crédit risque de ne pas se cantonner aux titres souverains. “La défiance vis-à-vis des Etats contamine les papiers bancaires. Mais la dégradation des bilans bancaires peut induire un credit crunch : les entreprises ne peuvent trouver des financements auprès des banques. Les entreprises ayant d'importants programmes de refinancement peuvent être mises en difficulté. Le problème de liquidité se transforme alors en en risque de solvabilité”, écrivent les analystes ce matin.

Malgré ces éléments lourdement baissiers pour le brut, les sanctions internationales contre l'Iran, en raison de la nature qualifiée de militaire par l'Agence internationale de l'Energie atomique de son programme nucléaire, pourraient bien s'étendre. Lors du point presse organisé hier au Quai d'Orsay, le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déclaré : “l'interruption des achats de pétrole iranien fait partie des mesures proposées par la France à ses partenaires. Nous l'appliquerons en liaison avec nos partenaires européens.”

L'Iran, qui détient environ 10% des réserves mondiales de pétrole et 16% de celles de gaz, assurait 5,2% de la production d'or noir l'an dernier, selon le BP Statistical Yearbook. Soit le 2ème rang dans la région après l'Arabie saoudite (12%), 2ème producteur au monde après la Russie (12,9%). Et bien plus que les 2% environ de la Libye, dont les évènements ont du début d'année significativement ont désorganisé l'équilibre mondial offre/demande. En outre, l'Iran peut aussi perturber le trafic maritime du détroit d'Ormuz, porte de sortie obligée du Golfe arabo-persique.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...