Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La troïka recommande de verser la 6e tranche d'aide à la grèce

Marché : La troïka recommande de verser la 6e tranche d'aide à la grèce

La troïka recommande de verser la 6e tranche d'aide à la grèceLa troïka recommande de verser la 6e tranche d'aide à la grèce

BRUXELLES (Reuters) - La "troïka" des bailleurs de fonds internationaux de la Grèce recommande de verser le plus tôt possible à Athènes une sixième tranche d'aide, malgré la dynamique "extrêmement préoccupante" de la dette publique grecque, selon son projet de rapport.

La crise économique de la Grèce est nettement plus sévère que prévu, la situation de sa dette s'est dégradée depuis quelques mois et il faudra peut-être revoir à la baisse ses prévisions de croissance à moyen terme, lit-on entre autres dans ce rapport que Reuters s'est procuré jeudi.

Il conclut toutefois que de nouvelles mesures budgétaires portant sur les recettes et les dépenses devraient permettre à la Grèce d'atteindre son objectif de déficit en 2012, même si elle manque celui de 2011.

Le rapport de la Commission européenne a été préparé avec le concours de la Banque centrale européenne mais sans le Fonds monétaire international, le troisième membre de la "troïka", qui rédige son propre rapport de son côté.

La Commission et la BCE recommandent de verser l'aide "dès que possible, dès que les initiatives précédentes convenues en matière de consolidation budgétaire, de privatisation et de réforme du marché du travail annoncées par le gouvernement auront été inscrites dans la loi".

La Grèce a besoin de cette aide de huit milliards d'euros pour éviter de se retrouver en cessation de paiements à la mi-novembre.

"DYNAMIQUE PRÉOCCUPANTE"

La troïka juge par ailleurs que la précédente projection d'une croissance proche de 3% par an sur la période 2015-2020 ne peut être réalisable "que dans le cas d'une accélération marquée des initiatives de réforme structurelle, privatisations comprises".

Elle mentionne des carences et des retards dans la mise en oeuvre des réformes budgétaires mais elle ajoute que les mesures supplémentaires "mettent la projection de déficit en 2012 en phase avec le plafond convenu", sans pour autant que l'écart de déficit de 2011 soit entièrement comblé.

Le secteur financier grec reste fragile en raison d'un assèchement de la liquidité, les dépôts continuent de diminuer et les banques restent très dépendantes de la BCE pour se financer.

"La dynamique de la dette publique reste extrêmement préoccupante", note le projet de rapport des bailleurs de fonds, ajoutant que le niveau d'endettement restera élevé "pendant encore de nombreuses années".

"Si l'on compare avec les perspectives d'il y a quelques mois, la situation de la dette s'est effectivement dégradée", poursuivent-ils, évoquant notamment le retard pris par les réformes "ainsi que la perspective d'une recapitalisation des banques".

Athènes aura au moins un trimestre de retard sur le calendrier en matière de privatisation, pour des raisons administratives mais également parce que les conditions du marché se sont détériorées au troisième trimestre, surtout sur la Bourse d'Athènes, explique aussi le document.

Andreas Rinke, avec Ingrid Melander à Athènes, Stephen Brown et Erik Kirschbaum, Jean Décotte et Wilfrid Exbrayat pour le service français, edité par Marc Angrand

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI