Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La grèce voit un accord d'ici fin novembre avec le privé

Marché : La grèce voit un accord d'ici fin novembre avec le privé

tradingsat

ATHENES/FRANCFORT (Reuters) - La Grèce compte présenter à ses créanciers privés d'ici la fin du mois une proposition aboutissant à réduire sa dette de moitié, a déclaré jeudi à Reuters un haut fonctionnaire aux Finances.

Il a ajouté que les réactions des établissements financiers avaient été pour l'instant "mitigées".

Par ailleurs, les détenteurs privés de titres de dette souveraine grecs ont formé un comité de créanciers dans l'espoir de commencer le plus vite possible les discussions sur la mise en oeuvre d'une décote de 50% sur le papier grec, a déclaré de son côté Charles Dallara, président de l'Institut de la finance internationale (Ifi).

Le patron de cette association, qui a représenté les banques lors des négociations sur une nouvelle aide à la Grèce, a dit s'attendre à une conclusion des discussions d'ici quelques semaines.

L'accord d'échange de dette, tel que défini lors du sommet de l'Union européenne du 27 octobre dernier, vise à réduire la dette grecque d'une centaine de milliards d'euros, afin de la rendre gérable sur la long terme et d'éviter un défaut de la Grèce.

Cet échange de titres accompagnait le principe d'une nouvelle tranche d'aide internationale de 130 milliards d'euros pour la Grèce.

"Je m'attends (...) à ce que nous ayons au moins une proposition d'ici la fin novembre", a précisé le haut fonctionnaire grec. "Une décote de 50% est déplaisante (pour les investisseurs) mais le principal c'est d'aboutir à un niveau de dette qui soit tenable".

Le haut fonctionnaire a ajouté que des responsables grecs ont rencontré individuellement des créanciers privés en Europe, sans pour autant se réunir avec l'Ifi.

"L'Ifi n'est qu'une des contreparties", a-t-il dit, ajoutant que la Grèce comptait avoir réalisé l'échange d'obligations au début de l'année prochaine.

Le gouvernement de crise de Lucas Papadémos a franchi mercredi sans surprise un premier obstacle en obtenant la confiance du Parlement grec mercredi mais les dissensions apparues dans la coalition pourraient compliquer la mise en place des réformes visant à sauver le pays de la faillite.

Ben Harding et Lefteris Papadimas, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI