Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : La grèce prolonge une deuxième fois l'échange de ses obligations

Marché : La grèce prolonge une deuxième fois l'échange de ses obligations

La grèce prolonge une deuxième fois l'échange de ses obligationsLa grèce prolonge une deuxième fois l'échange de ses obligations

ATHENES (Reuters) - La Grèce a repoussé une nouvelle fois jeudi la date limite fixée pour l'échange de dettes qu'elle a émises, donnant aux investisseurs concernés jusqu'au 20 avril pour prendre une décision.

Athènes avait déclaré que la conversion des 20,27 milliards d'euros de dettes apportées à l'échange et correspondant à 72% des titres émis sous un régime ne relevant pas du droit grec interviendrait le 11 avril.

La date limite permettant aux investisseurs qui avaient refusé de participer à l'échange de revenir sur leur décision avait déjà été repoussée au 4 avril par le gouvernement grec, qui a dit ne pas avoir les moyens de les rembourser.

Trois options sont désormais ouvertes à Athènes vis-à-vis des investisseurs qui continuent de refuser de participer à l'échange: continuer d'assurer le service sur les emprunts concernés, faire défaut sur ces titres au risque de procès ou proposer une offre améliorée tout en assurant un traitement équitable pour les investisseurs qui ont déjà accepté l'échange.

Les autorités grecques n'ont pas encore pris de décision mais aucune des pistes envisagées ne remettrait en cause l'échange accepté le mois dernier par les créanciers privés, qui conditionnait une nouvelle tranche d'aide au pays.

Des réunions des créanciers obligataires se sont tenues du 27 au 29 mars pour décider de l'apport sur 36 lignes. La décision a été ajournée pour 7 d'entre elles, représentant un encours facial de 2,45 milliards d'euros et pour lesquelles la date limite fixée au 18 avril a aussi été reportée au 20 avril.

Le 12 mars, Athènes avait échangé des obligations souveraines de droit grec d'une valeur nominale de 177 milliards d'euros contre de nouveaux titres, avec à la clef une perte de valeur de 74% pour les détenteurs d'obligations.

George Georgiopoulo; Marc Joanny pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...