Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La france parmi les "champions" de la taxation des salaires

Marché : La france parmi les "champions" de la taxation des salaires

La france parmi les La france parmi les

PARIS (Reuters) - La France figure parmi les pays de l'OCDE dans lesquels la pression fiscale sur les salaires est la plus élevée et parmi ceux dans lesquels elle a encore augmenté en 2010, pesant sur le revenu disponible des ménages, montre un rapport publié mercredi par l'OCDE.

Hasard du calendrier, cette étude pointe du doigt le poids des prélèvements sur les revenus salariaux à l'heure où Paris dévoile une réforme importante de la fiscalité du patrimoine.

La part totale des impôts payés par les salariés et les employeurs, diminuée des transferts en espèces, est, en France, supérieure d'au moins 13 points à la moyenne de l'OCDE, quelle que soit la composition du foyer, et l'écart avec la moyenne s'est creusé depuis 2000, précise l'étude de l'Organisation de coopération et de développement économiques.

Pour un célibataire sans enfant, le total des impôts et des cotisations sociales, qu'ils soient payés par l'employeur ou par le salarié, atteignait ainsi 49,3% du salaire moyen en France l'an dernier.

Ce taux, en très légère hausse par rapport à 2009 (+0,14 point), est supérieur de 14,4 point à la moyenne de l'OCDE (34,9%) et place la France au deuxième rang du classement des pays membres de l'organisation, derrière la Belgique (55,4%) et juste devant l'Allemagne (49,1%).

A l'autre extrémité du classement figurent le Chili (7%), le Mexique (15,5%) et la Nouvelle-Zélande (16,9%).

La pression est moins forte pour un couple marié avec deux enfants et ne disposant que d'un seul salaire, mais la France occupe la première place du classement OCDE pour cette catégorie, avec un taux de pression de 42,1%, supérieur de plus de 17 points à la moyenne (24,8%).

La charge moyenne exercée par l'impôt sur le revenu et les cotisations sociales sur les revenus salariaux s'est alourdie l'an dernier dans 22 des 34 pays membres de l'organisation, précise le rapport, interrompant un mouvement de baisse observé depuis 2000.

Dans son rapport, l'OCDE estime que "les gouvernements devraient envisager de modifier la structure fiscale en mettant plus l'accent sur les impôts indirects que sur les impôts directs".

Elle préconise l'élargissement de l'assiette de la TVA et de l'impôt sur le revenu des personnes physiques par la suppression de dépenses fiscales, les fameuses niches.

Marc Angrand, édité par Gilles Trequesser

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI