Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La fed réfléchit à d'autres mesures de soutien

Marché : La fed réfléchit à d'autres mesures de soutien

tradingsat

par Pedro da Costa et Mark Felsenthal

WASHINGTON (Reuters) - La président de la Réserve fédérale Ben Bernanke a déclaré mercredi que la banque centrale américaine était prête à prendre d'autres mesures de soutien à l'économie après que la Fed a annoncé plus tôt que ses taux d'intérêt resteraient proches de zéro jusqu'à au moins la fin 2014.

La Fed a également décidé, pour la première fois de son histoire, de fixer un objectif d'inflation officiel - de 2% -, même si Ben Bernanke a précisé que la banque centrale devait faire preuve de flexibilité pour contenir la hausse des prix à la consommation quand le chômage est élevé.

En disant qu'il n'y aurait aucun tour de vis monétaire pendant trois ans, la Fed prolonge de 18 mois son précédent engagement de maintenir ses taux à un niveau très bas, une annonce qui a provoquée une hausse des emprunts d'Etat américains.

Wall Street a également profité des déclarations de la Réserve fédérale, mais pas le dollar, qui est tombé à un plus bas de cinq semaines face à l'euro.

Lors de sa conférence de presse après la réunion de comité de politique monétaire de la Fed - qui a sans surprise laissé l'objectif des Fed funds à entre 0 et 0,25% - Ben Bernanke a souligné que la Fed anticipait une croissance modérée aux cours des trimestres à venir, ajoutant que cela pourrait justifier par un nouveau programme d'assouplissement quantitatif.

"Je ne pense pas que l'on puisse dire à ce stade que nous sommes entrés dans une phase plus forte. Si la situation perdure avec une inflation en-deçà de l'objectif et un taux de chômage qui baisse à un rythme très, très lent (...) alors la logique voudrait que nous cherchions des manières d'en faire davantage", a-t-il dit.

En réponse à la plus grave crise économique depuis la Grande dépression des années 1930, la Fed a ramené ses taux d'intérêt à un niveau proche de zéro en décembre 2008 - dont ils n'ont pas bougé depuis.

Dans le même temps, la Fed a également plus que triplé la taille de son bilan à environ 2.900 milliards de dollars après deux programmes d'assouplissement quantitatif, consistant à racheter des obligations d'Etat, opérations qui reviennent de fait à faire tourner la planche à billets.

Avec ces actions, les économistes jugent que la Fed a réussi à éviter une récession encore plus sévère, mais elle n'est pas parvenue à ramener le taux de chômage à un niveau considéré comme normal quand l'économie fonctionne bien.

Beaucoup de connaisseurs de la Fed s'attendent à une nouvelle série de rachats d'obligations, avec un accent mis sur de la dette immobilière.

DIFFÉRENTS AVIS

Les responsables de la Fed sont tombés d'accord pour dire qu'un objectif d'inflation de 2% serait en phase avec son mandat d'être garant de la stabilité des prix. Selon l'indice PCE, outil de mesure favori de la Fed pour jauger l'évolution des prix à la consommation, l'inflation se situe actuellement à 1,7%

Ben Bernanke a déclaré que l'objectif d'un taux d'emploi maximal aux Etats-Unis restait sur un pied d'égalité avec celui de la stabilité des prix malgré la fixation d'un objectif officiel d'inflation.

La Fed, dans sa toute première déclaration d'"objectifs à plus long terme et de stratégie de politique", a précisé qu'il n'était pas opportun de fixer un objectif pour le taux d'emploi, parce que le marché du travail n'est que partiellement déterminé par des facteurs monétaires.

Dans son effort visant à rendre sa politique plus lisible, la Fed a apporté une autre innovation en publiant pour la première fois les projections des membres du comité de politique monétaire concernant l'évolution des taux.

Celles-ci montrent une grande diversité d'opinions, avec trois des 17 membres de ce comité estimant qu'un relèvement des taux devrait intervenir dès cette année et deux qui pensent qu'une hausse ne devrait pas avoir lieu avant 2016.

Dans son communiqué ponctuant la réunion de son comité de politique monétaire (FOMC), la Fed juge que l'économie américaine progresse modérément en dépit du ralentissement économique mondial et que les tensions sur les marchés financiers continuent de faire peser des risques sensiblement baissiers sur les perspectives.

Même si certains indicateurs montrent une nouvelle amélioration sur le marché de l'emploi, la Fed relève que le taux de chômage reste élevé et s'attend à ce que l'inflation reste à des niveaux compatibles avec la stabilité des prix.

En décembre, le taux de chômage aux Etats-Unis était encore de 8,5%.

"Le communiqué de la Fed a un petit goût de souplesse (...), c'est pourquoi le dollar recule et les rendements (obligataires) aussi", note Richard Franulovich, stratège changes chez Westpac à New York.

Jean Décotte et Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI