Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La fed, morose, a envisagé d'être plus audacieuse en août

Marché : La fed, morose, a envisagé d'être plus audacieuse en août

La fed, morose, a envisagé d'être plus audacieuse en aoûtLa fed, morose, a envisagé d'être plus audacieuse en août

WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale des Etats-Unis a envisagé une série d'actions pour soutenir l'économie américaine lors de sa réunion de début août, certains de ses membres préconisant des mesures audacieuses, selon le compte rendu de la réunion de politique monétaire de la banque centrale du 9 août.

Avant de finalement se mettre d'accord pour sur la promesse de maintenir les taux d'intérêt proches de zéro au moins jusqu'en 2013, la Fed a examiné toute une série de mesures de politique monétaire pour relancer la croissance, y compris la mesure sans précédent de lier l'orientation des taux d'intérêt (fonds fédéraux ou fed funds), soit au taux de chômage, soit à l'inflation.

Les responsables de la Fed ont noté que les perspectives économiques des Etats-Unis s'étaient fortement détériorées et ont estimé que la faiblesse constatée au premier semestre ne pouvait plus être uniquement considérée comme temporaire.

"Les participants ont noté une détérioration des conditions sur le marché du travail, un ralentissement des dépenses des ménages, une baisse du moral des ménages et des entreprises et un secteur du logement toujours faible", lit-on dans le compte rendu publié mardi.

Dans ce contexte, quelques membres de la Fed souhaitaient aller au-delà de la promesse de taux bas sur une durée chiffrée mais ont estimé que cette nouvelle promesse plus précise "comme une étape sur la voie d'une accommodation supplémentaire."

"Tout en choisissant d'exprimer les perspectives de politique monétaire en terme d'horizon chiffré, les membres ont également envisagé de conditionner la perspective du niveau des fonds fédéraux à des valeurs numériques explicites pour le taux de chômage ou le taux d'inflation", lit-on dans les minutes de la Fed.

DIVISION AU SEIN DU FOMC

L'économie américaine a marqué le pas au premier semestre, le produit intérieur brut (PIB) augmentant à un rythme annuel inférieur à 1% tandis que le taux de chômage restait supérieur à 9%.

Lors de sa réunion d'août, la Fed a aussi discuté de la possibilité de s'engager dans de nouveaux achats d'actifs ou de modifier la composition des obligations détenues par la banque centrale pour des échéances d'une durée plus longue.

Mardi, les commentaires de deux responsables de la Fed ont illustré les divisions au sein du comité de politique monétaire de la Fed, le Fomc (Federal Open Market Committee), chargé de fixé l'orientation des taux d'intérêt.

Charles Evans, président de la Banque de Réserve fédérale de Chicago, s'est dit favorable à une politique accommodante "pour une période substantielle" compte tenu de l'état de l'économie.

Mais Narayana Kocherlakota, président de la Fed de Minneapolis, a dit vouloir rester dans le camp des partisans d'une politique rigoureuse.

Ces propos des deux responsables interviennent après la conférence annuelle de la Fed, qui s'est tenue vendredi à Jackson Hole, dans le Wyoming, et lors de laquelle le président de la Fed Ben Bernanke s'est gardé d'évoquer de nouvelles actions précise de la part de la banque centrale.

La banque centrale américaine a ramené ses taux d'intérêt à court terme à près de zéro en décembre 2008 au plus fort de la crise financière et acheté quelque 2.300 milliards de dollars d'obligations diverses pour relancer la croissance.

La décision prise le 9 août d'annoncer le maintien des taux directeurs proches de zéro jusqu'en 2013 a suscité trois désaccords, du jamais vu en près de 20 ans. Parmi les trois opposants figuraient Narayana Kocherlakota.

Le compte tendu montre aussi qu'il y avait aussi des partisans d'un assouplissement plus énergique de la politique monétaire.

Danielle Rouquié pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI