Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La croissance devrait caler au 2e trimestre et repartir ensuite

Marché : La croissance devrait caler au 2e trimestre et repartir ensuite

La croissance devrait caler au 2e trimestre et repartir ensuiteLa croissance devrait caler au 2e trimestre et repartir ensuite

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les répercussions des catastrophes naturelles de mars au Japon, l'inflation et un moindre effet d'entraînement des grands pays émergents devraient se traduire pour l'économie française par un coup de frein brutal mais de courte durée au deuxième trimestre, sans remettre en cause une nette accélération de la reprise sur l'ensemble de cette année, prévoit l'Insee.

Après un quasi-passage à vide au deuxième trimestre, le retour dès l'été à une tendance de croissance plus soutenue devrait assurer une hausse de 2,1% du produit intérieur brut (PIB) en 2011, estime l'institut dans sa note de conjoncture trimestrielle publiée jeudi.

Après avoir dépassé au premier trimestre les estimations les plus optimistes en atteignant 1,0%, la croissance devrait tomber à 0,2% sur avril-juin, une prévision divisée par trois par rapport à celle de mars. Elle remonterait à 0,5% dès le troisième trimestre et se maintiendrait ce niveau au quatrième.

Cette évolution permettrait une décrue lente mais régulière du taux de chômage, qui reviendrait à 9,0% en fin d'année en métropole contre 9,3% fin 2010, précise l'Insee. Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, s'est fixé pour objectif de ramener le chômage sous ce seuil symbolique de 9% avant la fin de cette année.

Le scénario d'un ralentissement brutal au deuxième trimestre s'appuie sur les multiples signes de dégradation du climat conjoncturel: la rechute en récession du Japon après le séisme et le tsunami du 11 mars, la poussée d'inflation, la décélération des grande pays émergents et le resserrement des politiques budgétaires monétaires dans de grandes économies avancées.

L'Insee prévoit entre autres pour cette année une récession de 1,0% au Japon et une croissance de 2,2% seulement aux Etats-Unis après 2,9% en 2010.

En zone euro, l'Allemagne continuerait de tirer la croissance avec une hausse de 3,7% de son PIB, tandis que l'Espagne et l'Italie ralentiraient nettement, du fait notamment de la consolidation budgétaire.

CONSOMMATION ET INVESTISSEMENT EN SOUTIEN

Le ralentissement attendu de l'économie française au deuxième trimestre, déjà avéré par de multiples indicateurs et enquêtes de conjoncture, suivrait l'évolution de la consommation des ménages, affectée par le contrecoup de la fin de la prime à la casse automobile.

La consommation devrait ainsi baisser de 0,4% au deuxième trimestre pour retrouver à partir de l'été un rythme de progression lent mais régulier, à un rythme "un peu inférieur" à celui d'avant la crise.

Les gains de pouvoir d'achat devraient être limités par l'inflation, que l'Insee voit culminer à 2,5% en octobre. Mais la consommation bénéficiera de la "prime dividendes" votée en début de semaine par les députés: l'institut table sur un milliard d'euros distribués aux salariés dans le cadre de ce dispositif au second semestre. Il anticipe aussi un relèvement du Smic à l'été pour suivre l'accélération de l'inflation.

Les entreprises, elles, devraient continuer d'augmenter leurs investissements à un rythme plus qu'honorable (+1,3% au deuxième trimestre puis +1,2%, après +1,9% sur janvier-mars) tout en confortant la reconstitution de leurs marges.

Ces prévisions sont évidemment soumises à de multiples aléas: parmi les principaux facteurs d'incertitude cités par l'Insee figurent la faiblesse persistante de l'économie américaine, les conséquences de la catastrophe au Japon ou encore les tensions sur les dettes souveraines.

Ces dernières ne font toutefois pas craindre pour l'instant une "crise d'incertitude", explique Sandrine Duchêne, chef du département de la conjoncture de l'Insee.

"Je n'en vois pas les symptômes", dit-elle, en notant que les canaux du crédit ne montrent aucun signe de blocage.

Marc Angrand, édité par Patrick Vignal

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI