Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : La crise des signatures publiques est mondiale, dit trichet

Marché : La crise des signatures publiques est mondiale, dit trichet

La crise des signatures publiques est mondiale, dit trichetLa crise des signatures publiques est mondiale, dit trichet

AIX-EN-PROVENCE (Reuters) - La crise des signatures publiques est mondiale et l'Europe n'est que son épicentre, a déclaré dimanche le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet.

Outre le redressement de leurs finances, la quasi-totalité des grandes économies doivent se réformer pour accroître leur croissance, a-t-il ajouté, citant parmi les bons élèves le Canada, l'Australie et des pays scandinaves.

"Nous avons maintenant une crise des signatures publiques, qui n'est pas d'ailleurs une crise européenne, les Européens sont à l'épicentre d'un phénomène mondial", a-t-il dit lors des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), en évoquant la vigueur du débat budgétaire aux Etats-Unis.

Le renforcement de la résilience et de la gouvernance du système financier et de l'économie est une nécessité car les Etats ne pourront faire face à une nouvelle crise systémique en raison de leur situation financière, a-t-il souligné.

"Il est clair que nous sommes absolument contraints au succès", a dit Jean-Claude Trichet.

Globalement, "nous avons au niveau des pays avancés un problème absolument majeur : tout ce qui va dans le sens de la flexibilisation de nos économies, de la capacité de renforcer le potentiel de croissance est nécessaire".

Il a précisé que ceci concernait "tous les pays avancés, sauf le Canada et peut-être l'Australie". "Il y a quelques pays scandinaves qui ne sont pas dans ce cas, me semble-t-il, ou en tous cas qui nous montrent la voie", a-t-il poursuivi.

Jean-Claude Trichet avait souligné samedi que la zone euro dans son ensemble était dans une situation meilleure que d'autres zones économiques mais qu'elle souffrait de gros problèmes de gouvernance.

Les interventions du président de la BCE s'inscrivent dans un contexte de crainte sur les marchés financiers concernant une possible contagion de la crise des dettes souveraines en Europe.

Jean-Baptiste Vey et Cyril Altmeyer, édité par Elizabeth Pineau

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...