Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La crainte d'une récession fait chuter les bourses

Marché : La crainte d'une récession fait chuter les bourses

tradingsat

PARIS/NEW YORK (Reuters) - Les marchés d'actions ont reculé à un point bas de 13 mois jeudi, les signes de ralentissement dans le secteur industriel chinois et en Europe alimentant les craintes de récession, au lendemain des perspectives économiques alarmantes données par les Réserve fédérale des Etats-Unis.

Face à la perte de confiance des investisseurs, le dollar, et surtout les obligations du Trésor américain, sont apparus comme les valeurs refuge par excellence. L'or au contraire a baissé.

L'indice actions monde MSCI a reculé de 4,5%, ce qui pore ses pertes à 16% depuis le début de l'année.

Les trois grands indices de Wall Street ont baissé pour la quatrième séance d'affilée, dans des volumes étoffés de 13 milliards de titres échangés.

L'indice Dow Jones a perdu 3,51% ou 391,01 points, à 10.733,83 points, tandis que le Standard & Poor' 500, référence des gérants de fonds, reculait de 3,19% ou 37,20 points, à 1.129,56 points, après avoir un moment franchi à la baisse le seuil clé de 1.120 points. Le Nasdaq Composite a cédé 3,25% ou 82,52 points, à 2.455,67 points.

L'indice CAC 40 a chuté de 5,25% à 2.781,68 points, dans un volume de transactions de 4,27 milliards d'euros. La journée s'est soldée par une perte de plus de 40 milliards d'euros de capitalisation boursière sur les seules valeurs de l'indice phare de la Bourse de Paris.

La Bourse de Londres a perdu 4,67%, celle de Francfort 4,96% et Milan 4,52%. L'indice pan européen EuroStoxx 50 a abandonné 4,9%.

La Fed a évoqué mercredi des "risques baissiers significatifs" pour l'économie des Etats-Unis, avant d'annoncer une "opération Twist" de 400 milliards de dollars visant à faire baisser les taux longs et soutenir l'activité.

Mais Wall Street évalue à seulement 15% les chances que l'"Opération Twist" donne un véritable coup de fouet à l'économie américaine, selon une enquête Reuters auprès des spécialistes en valeurs du Trésor.

EURO, OR ET PÉTROLE EN BAISSE

Les craintes d'une rechute de l'économie mondiale se sont accentuées jeudi avec la contraction de l'activité du secteur privé constatée en zone euro et en Chine et en l'absence d'action volontariste au niveau économique de la part des dirigeants politiques.

"Les investisseurs réalisent que d'un côté, l'économie ralentit et de l'autre côté les pays développés, comme les Etats-Unis et l'Europe, ont de plus en plus de difficultés", commente Michael Sheldon, spécialiste des marchés chez RDM Financial.

"Résultat, les investisseurs sortent des actions pour se précipiter sur les obligations du Trésor américain, qui seules semblent représenter la sécurité aujourd'hui."

Dans ce contexte défavorable aux actifs risqués, le rendement de l'emprunt d'Etat allemand (Bund) à 10 ans s'est détendu de neuf points de base pour tomber à 1,68% - un nouveau plus bas record - et celui de l'OAT française de dix points de base à 2,52%.

Aux Etats-Unis, le rendement des Treasuries de référence à dix ans est tombé à 1,72%, son plus bas niveau depuis au moins 60 ans, contre 1,87% mercredi soir. Le papier à 30 ans est tombé à moins de 2,8%, au plus bas depuis janvier 2009.

L'euro est passé sous 1,35 dollar, son plus bas des sept derniers mois, et s'échangeait autour de 1,3430/34 vis-à-vis du billet vers contre 1,3584 mercredi soir.

Les gains du billet vert ont entraîné la baisse des matières premières. Même l'or, considéré comme une valeur refuge, a perdu près de 5% pour toucher son plus bas niveau depuis près d'un mois, en raison de la montée du dollar. L'or spot se négociait en dernière lieu autour de 1.737 dollars l'once.

Dans la crainte d'une récession, les investisseurs ont surtout vendu les valeurs cycliques, comme l'automobile européenne (-6,67%).

De même, les banques, plombées par une interminable crise de la dette en zone euro, restent sous pression, notamment les établissements français. BNP Paribas a perdu 5,70%, Société générale 9,57% et Crédit agricole 9,49%. Les banques américaines ont également perdu du terrain. Citigroup a perdu plus de 6%.

Les cours du pétrole ont également fini en forte baisse, sur des anticipations de moindre consommation énergétique en cas de récession.

Natalie Huet, Raoul Sachs, Juliette Rouillon et Danielle Rouquié pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI