Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : La bpi a son acte de naissance et son patron

Marché : La bpi a son acte de naissance et son patron

La bpi a son acte de naissance et son patronLa bpi a son acte de naissance et son patron

par Julien Ponthus et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a signé mercredi l'acte de naissance de la Banque publique d'investissement (BPI) promise par François Hollande et a confié à Nicolas Dufourcq, numéro deux de Capgemini, le soin d'en faire le fer de lance des PME françaises.

L'ambition du président est de reproduire en France grâce aux financements de la BPI, le succès du "Mittelstand", ce vivier d'entreprises de taille intermédiaire qui assurent à l'Allemagne une balance commerciale largement excédentaire.

Prenant comme référence la banque publique allemande KfW, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé que la BPI aurait une capacité globale de financement de 40 milliards d'euros.

Il a donné à Nicolas Dufourcq la mission de "préfigurer" sa direction générale, qui devrait lui revenir, la présidence étant comme prévu assurée par Jean-Pierre Jouyet, le numéro un de la Caisse des dépôts.

"Monsieur Dufourcq a vocation évidemment à diriger" la BPI, a dit le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, dont Nicolas Dufourcq était le candidat, en marge d'une conférence de presse.

De nombreux observateurs s'attendaient à ce qu'Anne Lauvergeon, l'ancienne patronne d'Areva, prenne la responsabilité de faire de ce chantier phare du quinquennat un succès économique.

La nomination effective de Nicolas Dufourcq n'interviendra qu'après le vote de la loi qui instituera la BPI et l'avis des commissions parlementaires qui seront interrogées.

"C'est une proposition que lui a faite récemment Jean-Marc Ayrault. Il en a discuté avec Paul Hermelin (le PDG de Capgemini) et tous deux en ont conclu que c'était quelque chose qui ne se refusait pas", a dit un porte-parole de Capgemini.

Le conseil d'orientation de la BPI aura quant à lui à sa tête un représentant des régions françaises.

Le premier conseil d'administration de la BPI aura lieu en janvier dans une grande capitale régionale, a dit la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.

RÔLE CENTRAL

La BPI, dont la création a été actée par le conseil des ministres, aura un rôle central dans la politique économique du gouvernement.

"Les missions de la banque, ce sera bien sûr de faire des prêts mais c'est aussi d'accompagner tout au long de leur vie et de leur développement chacune des entreprises, de les aider à l'export, de les soutenir à l'innovation et de favoriser partout la transition énergétique", a déclaré Jean-Marc Ayrault.

La banque aura une puissance de frappe de plus de 40 milliards d'euros au total et pourra se refinancer sur les marchés.

"Cela donne une capacité de 20 milliards d'euros en prêts, 12 milliards d'euros de capacité en garanties, 10 milliards d'euros de capacité d'investissement en fonds propres sur le quinquennat", a détaillé Pierre Moscovici.

La banque bénéficiera des liquidités que les Français auront eu la possibilité de transférer grâce au doublement du plafond du Livret de développement durable et l'augmentation de celui du Livret A.

La BPI devrait être détenue à 50% par l'Etat français et à 50% par la Caisse des dépôts. Elle regroupera Oséo, la filiale de prêts aux PME de la CDC, et les investisseurs en fonds propres que sont CDC Entreprises et le Fonds stratégique d'investissement (FSI).

Avec Elizabeth Pineau, Jean-Baptiste Vey et Emmanuel Jarry, édité par Patrick Vignal

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...