Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La Bourse de Paris fragilisée (-1,13%) par des craintes venues des Etats-Unis

Marché : La Bourse de Paris fragilisée (-1,13%) par des craintes venues des Etats-Unis

EuronextEuronext

(Tradingsat.com) - La Bourse de Paris a clôturé en recul de 1,13% lundi, fragilisée par des craintes venues des Etats-Unis, entre les révélations sur l'utilisation de données de Facebook et les projets protectionnistes de Donald Trump.

L'indice CAC 40 a cédé 59,91 points pour terminer à 5.222,84 points, dans un volume d'échanges moyen de 3,4 milliards d'euros. Vendredi, l'indice avait fini en hausse de 0,29%.

La cote parisienne a passé toute la séance dans le rouge.

"Ce début de semaine concentre plusieurs gros thèmes que le marché surveille, avec une réunion de deux jours de la Réserve fédérale américaine à partir de demain, des craintes toujours prégnantes liées aux taxes douanières et la question des valeurs technologiques américaines", a expliqué à l'AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

"Alors que la cote était déjà fragilisée par la question des barrières commerciales, la baisse du secteur technologique, Facebook en tête, a accéléré la baisse", a-t-il complété.

Au moment de la clôture européenne, le groupe chutait de plus 7% à Wall Street et entraînait dans son sillage le reste du secteur aussi bien aux Etats-Unis qu'en Europe.

Selon une enquête réalisée par le New York Times et The Observer, la société Cambridge Analytica aurait récupéré les données de 50 millions d'utilisateurs sur le réseau social et s'en serait servi pour élaborer un logiciel permettant de prédire et d'influencer le vote des électeurs.

L'ouverture du sommet du ministres des Finances du G20 à Buneos Aires a aussi attisé les inquiétudes.

Les Etats-Unis et la Chine, dont les différends commerciaux font craindre une guerre commerciale, ont "montré leurs muscles" dès l'ouverture, alors que ce rendez-vous intervient quatre jours seulement avant l'entrée en vigueur vendredi des droits de douane américains de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, à l'exception du Canada et du Mexique.

La prudence était également de mise en attendant une réunion de deux jours de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui débutera mardi. Les investisseurs seront très attentifs à cette occasion aux propos de Jerome Powell, le nouveau président de l'institution, qui devrait annoncer une hausse des taux directeurs, déjà intégrée par les marchés.

Du côté des indicateurs, l'agenda était très dégarni.

- Secteur technologique affaibli -

Sur le terrain des valeurs, le secteur technologique a souffert dans le sillage des géants américains, STMicroelectronics a perdu 1,65% à 19,50 euros et Atos 1,63% à 111,80 euros.

Société Générale a pour sa part pris 0,87% à 45,58 euros. Les investisseurs ont semblé rassurés par l'annonce par la banque qu'elle était entrée dans une "phase de discussions plus actives" avec les autorités américaines, afin de mettre un terme aux litiges sur des transactions impliquant des contreparties libyennes "dans les prochaines semaines".

La foncière française Klépierre a cédé 3,91% à 33,40 euros, après avoir annoncé le rejet par le britannique Hammerson de son offre de rachat.

Total a reculé de 2,05% à 46,20 euros. Selon son PDG, le groupe a bien l'intention de développer un grand projet gazier en Iran et il sollicitera une dérogation si les Etats-Unis se retirent unilatéralement en mai de l'accord nucléaire de 2015 et réimposent des sanctions contre Téhéran.

Nexans a lâché 4,87% à 42,16 euros après l'annonce du départ de son directeur général Arnaud Poupart-Lafarge "pour raisons personnelles".

Pernod Ricard a souffert (-1,09% à 131,95 euros) d'un abaissement de sa recommandation à "neutre" par Goldman Sachs.

Scor a aussi été pénalisé (-2,17% à 33,32 euros) par l'abaissement de la sienne à "neutre" par JPMorgan.

M6 a gagné 1,04% à 21,42 euros après que le groupe a exigé vendredi que les utilisateurs de Molotov paient à l'avenir pour regarder ses chaînes gratuites en direct.

Avec AFP

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...