Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La belgique dans une offensive de charme sur sa dette

Marché : La belgique dans une offensive de charme sur sa dette

La belgique dans une offensive de charme sur sa detteLa belgique dans une offensive de charme sur sa dette

BRUXELLES/LONDRES (Reuters) - Les deux principales figures du gouvernement des affaires courantes belge vont à la rencontre d'investisseurs lundi afin de les inciter à ne pas mettre le pays dans la même catégorie que les membres dits "périphériques" de la zone euro.

La Belgique est dans un sorte d'entre deux entre les pays de la zone euro, comme la Grèce, l'Irlande et le Portugal qui ont reçu une aide internationale et les six pays de la zone euro, Allemagne en tête, qui bénéficient de la note 'AAA', la meilleure possible.

La dette du pays représente un peu de moins de 100% de son produit intérieur brut (PIB) et il n' y a toujours pas de nouveau gouvernement correspondant au résultats d'élections législatives qui se sont tenues en juin 2010.

Le Premier ministre Yves Leterme et le ministre des Finances Didier Reynders iront donc dimanche à Londres pour présenter les finances du pays à des investisseurs.

"Il s'agit de montrer la différence avec d'autres pays", a dit un porte-parole d'Yves Leterme.

Une source a ajouté qu'il était essentiel que les émetteurs nouent des liens étroits avec les investisseurs dans les conditions actuelles des marchés, marqués par une grande volatilité.

La Belgique anticipe une croissance de son PIB de 2,6% cette année, soit nettement plus que la moyenne retenue pour la zone euro dans son ensemble, qui oscille entre 1,5% et 2,3%, selon les chiffres de la banque centrale belge.

En plus des craintes de contagion d'un défaut grec sur l'ensemble de la zone euro, le coût de l'emprunt pour la Belgique a augmenté en raison d'interrogations sur l'endettement du pays, qui devrait s'établir à 96,1% du PIB à fin 2011, selon la banque centrale belge.

L'écart de rendement entre les emprunts souverains belges à 10 ans et les Bunds allemands équivalents - référence sur le marché obligataire - a atteint près de 150 points de base en novembre, un plus haut depuis la création de la zone euro.

Depuis il est retombé sous les 130 points de base et ce spread reste sensiblement inférieur à celui entre les Bunds et les titres de dettes italiens et espagnols.

Fitch et Standard & Poor's ont tous deux dit qu'elles pourraient déclasser la note AA+ de la Belgique s'il n'y avait pas de mise en place d'un gouvernement de plein exercice, mieux à même à leurs yeux d'atteindre les objectifs de réductions des déficits.

S&P a toutefois dit le mois dernier qu'il pourrait ne rien décider en la matière d'ici la fin de l'année prochaine.

Ben Deighton et Steve Slater, Benoit Van Overstraeten pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI