Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : La bce réduira encore les taux, selon une enquête reuters

Marché : La bce réduira encore les taux, selon une enquête reuters

La bce réduira encore les taux, selon une enquête reutersLa bce réduira encore les taux, selon une enquête reuters

LONDRES (Reuters) - La Banque centrale européenne réduira à nouveau les taux d'intérêt la semaine prochaine et apportera un nouveau soutien aux banques, selon des économistes interrogés par Reuters.

Le nouveau président de la BCE Mario Draghi avait surpris le mois dernier en annonçant, pour sa première décision monétaire, une baisse des taux d'un quart de point qui avait ramené le taux de refinancement à 1,25%.

L'enquête Reuters montre une probabilité de 60% d'une nouvelle baisse des taux d'un quart de point en décembre, qui ramènerait le taux refi à son précédent plus bas record de 1,0%.

L'enquête du 3 novembre ne donnait qu'une probabilité de 50%.

Vingt-quatre économistes pensent que la BCE finira par ramener son taux d'intervention en deçà du plancher sans précédent de 1,0%, établi une première fois en 2009, et 13 le voient tomber à 0,5%.

Sur 52 analystes, 39 estiment que la BCE annoncera de nouveaux appels d'offres à long terme la semaine prochaine, la plupart attendant des échéances à un an ou deux ans. Une enquête auprès de professionnels du marché monétaire aboutissait lundi à la même conclusion.

Des sources au fait du dossier avaient dit la semaine dernière à Reuters que ces appels d'offres pourraient même atteindre une échéance de trois ans.

L'enquête menée auprès de 73 analystes donne aussi une probabilité de 40% que la BCE suive l'exemple des banques centrales américaine et britannique dans les six mois qui viennent en rachetant des obligations de pays de la zone euro en difficulté via la planche à billets, autrement dit un assouplissement quantitatif.

La BCE rachète déjà des obligations de pays dits périphériques mais ces opérations sont ensuite neutralisées par une ponction de liquidité d'ampleur équivalente au montant acheté, un moyen d'annihiler l'aspect inflationniste de l'opération.

Des achats non "stérilisés", par usage de la planche à billets, sont beaucoup plus sujets à controverse et peut-être illégaux en l'état actuel des statuts de la BCE. Sans compter que Allemagne ne veut pas voir la BCE devenir prêteur en dernier ressort.

Andy Bruce, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...