Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : La bce envisage des opérations de prêts aux banques à 2 ou 3 ans

Marché : La bce envisage des opérations de prêts aux banques à 2 ou 3 ans

La bce envisage des opérations de prêts aux banques à 2 ou 3 ansLa bce envisage des opérations de prêts aux banques à 2 ou 3 ans

par John O'Donnell

BRUXELLES (Reuters) - La Banque centrale européenne examine la possibilité d'étendre la maturité de ses prêts aux banques à deux, voire même trois ans, voulant éviter que la crise de la zone euro ne provoque un "credit crunch" qui étoufferait son économie, apprend-on de sources proches du dossier.

La BCE examine cette possibilité sans précédent, alors que les craintes croissantes d'une explosion de la zone euro affectent le marché interbancaire, les banques tendant à réduire le nombre des établissements auxquels elles prêtent.

Pour l'heure, la maturité maximale des opérations de liquidité de la BCE est d'un an.

Cette possibilité de prêt à échéance plus longue a été soulevée la semaine dernière à l'occasion d'une réunion entre la BCE et un groupe de banques comprenant Goldman Sachs, Barclays Capital et Morgan Stanley, selon une personne au fait du dossier.

"Ce qui a été dit, c'est qu'elle était prête à proposer des LTRO (opérations de refinancement à long terme) à deux ou trois ans", a expliqué cette personne. "(Pour la BCE) la question est de savoir si les banques seraient intéressées. Qu'une banque se finance à deux ou trois ans auprès de la BCE, ça pourrait être mal interprété."

Une autre source a expliqué que la BCE étudiait la possibilité d'offrir de la liquidité à une échéance du même ordre d'idée par le biais de plusieurs crédits à court terme, s'engageant à garder une telle ligne de crédit ouverte pendant une période pouvant atteindre trois ans.

C'est en juin 2009 que la BCE a proposé pour la première fois des opérations de refinancement à un an. Elle récidive cette année, avec une LTRO à 12 mois en octobre et à 13 mois en décembre. Lors de ces opérations, les banques reçoivent la totalité des fonds demandés.

Mais ces refinancements n'ont suscité que peu d'intérêt dans les faits sur un marché interbancaire qui reste extrêmement tendu. Non seulement les banques hésitent à se prêter mutuellement mais elles retiennent du cash dans la perspective de couvrir des pertes sur leurs avoirs en dette souveraine.

De surcroît, elles devront faire face à de nouveaux ratios de fonds propres plus rigoureux à partir de 2013, ce qui ne contribue pas à détendre la situation.

Il reste qu'en offrant des fonds pour une période de deux à trois ans, la BCE pourrait contribuer à renforcer la confiance envers les banques et par contrecoup sur les marchés obligataires.

"Dans la mesure où on améliore la situation des banques, on améliore la situation d'un acheteur en puissance de dette souveraine", dit un banquier.

Un responsable d'une banque européenne, qui a requis l'anonymat, se dit favorable à l'extension des maturités de prêt de la BCE.

"Actuellement, c'est 13 mois ; mais si on pouvait aller à 24 mois, ce serait mieux. Trente-six mois ce serait encore mieux, mais on commence à entrer dans du financement à moyen terme", dit-il.

Juliette Rouillon et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...