Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La baisse du crédit en zone euro met la pression sur la bce

Marché : La baisse du crédit en zone euro met la pression sur la bce

La baisse du crédit en zone euro met la pression sur la bceLa baisse du crédit en zone euro met la pression sur la bce

FRANCFORT (Reuters) - Les prêts accordés par les établissements financiers aux entreprises de la zone euro ont diminué en mai et le crédit aux ménages a ralenti, une évolution qui accroît la pression sur la Banque centrale européenne (BCE) en faveur de mesures aptes à soutenir le crédit et l'activité.

Les prêts au secteur privé dans leur ensemble ont baissé de 0,1% le mois dernier par rapport à mai 2011, montrent les statistiques publiées vendredi par la BCE, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une hausse de même ampleur.

La crise de la dette dans la zone euro a conduit le secteur financier à durcir les conditions d'octroi de crédit et parallèlement, la dégradation de la conjoncture pèse sur la demande de financement des entreprises comme des ménages.

"La BCE doit faire quelque chose", estime Christian Schulz, économiste de Berenberg Bank.

"Mais elle doit aussi se demander si les instruments actuels en matière de baisse des taux et, peut-être, de liquidités sont suffisants ou si elle doit s'attaquer au problème de fonds actuel, la crise de la zone euro, pour éventuellement acheter directement des obligations souveraines."

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne ont conclu dans la nuit à Bruxelles un accord censé permettre d'endiguer l'envolée des rendements obligataires italiens et espagnols, qui menace la crise de la dette d'une nouvelle escalade.

L'accord prévoit aussi la création d'une instance unique de supervision du secteur bancaire dans la zone euro d'ici la fin de l'année, une première étape vers une union bancaire européenne.

MOINS DE PRÊTS AUX ENTREPRISES NON FINANCIÈRES

Le président de la BCE, Mario Draghi, peut s'attendre à être interrogé sur le rôle exact que l'institution sera amenée à jouer dans ce plan lors de la conférence de presse qui suivra jeudi la réunion du conseil des gouverneurs.

Dans une récente enquête Reuters, 48 des 71 économistes interrogés ont dit s'attendre à une baisse des taux de la BCE la semaine prochaine, une mesure qui rendra en théorie le crédit moins cher pour les consommateurs et les entreprises.

Dans la même enquête, 19 économistes sur les 43 s'exprimant sur ce point ont prédit que la BCE poursuivrait ses opérations de refinancement à long terme (LTRO), dans le cadre desquelles elle a injecté en deux fois plus de 1.000 milliards d'euros de liquidités dans le secteur bancaire depuis décembre.

Si ces mesures exceptionnelles ont permis d'éviter un assèchement du crédit, elle s'avèrent insuffisantes pour assurer la croissance du crédit face aux derniers rebondissements de la crise de la dette.

Les nouveaux prêts aux ménages n'ont représenté que deux milliards d'euros en mai, contre sept milliards sur chacun des deux mois précédents.

Quand aux prêts aux entreprises non-financières, ils ont diminué de 10 milliards le mois dernier après une hausse de sept milliards en mai.

La masse monétaire M3, une mesure plus large de l'évolution des flux monétaires dans l'économie, affiche pour mai une croissance de 2,9% en rythme annuel après 2,5% en avril, un chiffre nettement supérieur à celui de 2,3% attendu en moyenne par les économistes interrogés par Reuters.

Eva Kuehnen, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI