Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'once perd environ 200 dollars en trois jours

Marché : L'once perd environ 200 dollars en trois jours

tradingsat

(CercleFinance.com) - A la veille du discours très attendu discours de Ben Bernanke à Jackson Hole, et après un relèvement sensible des appels de marge sur les dérivés aurifères américains et chinois, une puissante correction du prix de l'or se poursuivait. Au terme du premier fixing sur marché de référence de Londres de ce jeudi matin, l'once de 31,10 grammes cotait 1.716,50 dollars (- 53,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.191,04 euros (- 33,02 euros). Selon les cambistes de Pictet & Cie, il s'agit de “la plus forte baisse depuis 1980 !”.

Chez Triland Metals, on parle de “ventes de panique” identifiées hier, au moment du second fixing quotidien londonien : “un important ordre de vente placé en vue du second fixing a provoqué une vague de prise de bénéfices”, indique le courtier en métaux de Mitsubishi.

Les supports ont alors sauté les uns après les autres, dans des volumes “extrêmement élevés” : plus de 290.000 lots échangés à 17 heures (heure de Londres) au moment du second “fix”, selon Triland. Un “lot” sur le COMEX représentant 100 onces d'or, 290.000 lots équivalent à la négociation de contrats représentant un volume de 900 tonnes de métal jaune environ.

Il s'agit indubitablement d'un sévère recul pour l'once, qui selon les fixings de Londres a atteint un record historique en dollars de 1.886,5 dollars, le matin du mardi 23 août. Depuis cette date, elle a chuté de 170 dollars et de 110 euros. Cependant, depuis le début de l'année, l'once progresse toujours plus de 300 dollars et d'environ 140 euros.

La correction est plus brutale encore si l'on retient les maxima atteints sur les marchés au comptant. Si l'once n'a pas dépassé les 1.900 dollars selon les cours de Londres, référence pour les échanges physiques de lingots, elle avait culminé en début de semaine aux environs de 1.918 dollars sur spot.

Sur ce même marché, les 1.702 dollars ont été touchés en matinée.

“Des acheteurs sont en position d'attente, mais on ne sait pas encore s'ils vont se placer maintenant ou attendre encore aux niveaux actuels. C'est toute la question”, indique Triland.

Les encours des ETF aurifères, ces produits permettant de se placer sur une contrepartie en or physique depuis les marchés boursiers, sont franchement repartis en baisse. Celui du SPDR Gold Shares, le 1er d'entre eux, a baissé en 24 heures de 27,3 tonnes pour revenir à 1.232,31 tonnes, alors qu'il avait atteint les 1.309,92 tonnes le 9 août dernier, niveau à comparer avec un record absolu de 1.320,44 tonnes datant de fin juin 2010.

Du côté de l'indice Gldtons, qui additionne les encours d'une dizaine de produits de ce type, on pointe à 2.154,7 tonnes contre 2.214 le 18 août dernier.

Selon les analystes techniques de ScotiaMocatta dont le commentaire date de la clôture du spot américain, le signal de retournement de la veille a été confirmé. Ils écrivaient hier soir que la rupture du support des 1.729 dollars, qui avait tenu hier, donnerait le signal d'une correction plus prononcée. Leur opinion passe donc baissière à court terme. Le premier support est identifié à 1.707 dollars, et la première résistance à 1.871.

Triland rappelle que des mouvements aussi amples réduisent sensiblement la portée des signaux techniques.

Chez MKS Finance, négociant en métaux fins basé à Genève et également propriétaire de la fonderie PAMP, le dernier commentaire reste optimiste : “cette correction semble similaire aux précédentes, c'est-à-dire de nature momentanée, étant donné le tableau d'ensemble macro-économique”.

On peut aussi imaginer que les scénarios de mise en place d'un “QE III” par la Fed, en vogue ces derniers jours, font l'objet d'âpres supputations sur le marché en vue du très attendu discours de Ben Bernanke, demain à 16 heures (heure de Paris). Si certains parient sur un QE III, d'autres contestent : “la Réserve fédérale ne devrait pas annoncer de nouveaux stimuli pour l'économie cette semaine”, pronostiquait Pictet & Cie ce matin. 'Notre scénario de base est que Bernanke reconnaîtra l'existence de risques vis-à-vis de la croissance, sans pour autant proposer de véritable plan d'action', abonde Jabaz Mathai chez BofA-Merrill Lynch.

La dilution monétaire massive que supposerait un nouveau plan d'assouplissement quantitatif devrait, comme les versions précédentes, soutenir l'économie et les prix des marchés d'actifs, dont les matières premières comme l'or.

Autre phénomène à la portée sensible : confirmant les rumeurs, le CME, l'opérateur de marché US gérant les places de produits dérivés COMEX et Nymex, a relevé hier de 27,2% les appels de marges nécessaires pour négocier la totalité des contrats sur or qu'il propose. Ces nouveaux tarifs s'appliqueront dès la fin de journée de ce jeudi 25 août et vont donc renchérir de nouveau les prises de position sur les dérivés aurifères.

Mardi, la Bourse de l'or de Shanghai avait fait de même avec les appels de marge sur les contrats à terme sur or, le relèvement du collatéral exigible de plus de 10% étant valable dès demain vendredi.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...