Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'once insensible aux risques politiques et souverains

Marché : L'once insensible aux risques politiques et souverains

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les liquidations semblent toujours l'emporter sur le marché de l'or en dépit de tensions en tous sens, tant du côté de la crise souveraine européenne que de celui de l'Iran. Au terme du fixing matinal du jour à Londres, l'once de 31,10 grammes de métal fin cotait 1.676 dollars (- 16,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.270,37 euros (- 6,4 euros).

La crise souveraine européenne continue en effet de s'étendre et de s'aggraver, au point de toucher maintenant les grands pays du centre de l'union monétaire. Lors du sommet européen de la veille, la chancelière allemande Angela Merkel a de nouveau refusé hier l'institution d'”eurobonds”, qui auraient fait augmenter le taux d'intérêt souverain que paie l'Allemagne. Et elle ne fait pas davantage de concessions concernant l'intervention massive de la BCE sur le marché secondaire de la dette souveraine”, indique Barclays Bourse ce matin.

“Pourtant, la contagion de la crise grecque à l'ensemble de la zone euro touchera aussi l'Allemagne (oui l'Allemagne fait partie de la zone euro !)”, ajoute le spécialiste.

Et en raison de la nature qualifiée de militaire par l'Agence internationale de l'Energie atomique de son programme nucléaire, l'Iran pourrait bien faire l'objet de sanctions plus lourdes encore. Lors du point presse organisé hier au Quai d'Orsay, le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déclaré : “l'interruption des achats de pétrole iranien fait partie des mesures proposées par la France à ses partenaires. Nous l'appliquerons en liaison avec nos partenaires européens.”

Or l'Iran contrôle non seulement 10% environ des réserves mondiales de pétrole et 16% de celles de gaz mais aussi l'une des deux rives du détroit d'Ormuz, porte de sortie obligée des navires venant du golfe persique.

Considéré habituellement comme une valeur refuge, l'or peine à réagir à des craintes financières et géopolitiques pourtant majeures. Mais la baisse de nombre d'autres marchés d'actifs, comme ceux des actions, peut conduire les opérateurs à prendre des bénéfices sur l'or pour couvrir petes et/ou appels de marge. Le prix du métal reste en effet supérieur à ce qu'il était en début d'année et constitue donc, pour bon nombre d'investisseurs, une réserve de plus-values latentes.

Le négociant suisse en métaux fins MKS Finance souligne la faiblesse des volumes et des fourchettes de transactions lors de la séance de la veille, marquée par le Thanksgiving américain, jour férié outre-Atlantique suivi par un Black Friday qui sera probablement peu actif.

MKS prévoit d'ailleurs, au titre de ce 25 novembre, “une absence de mouvements marqués”, les variations comme les volumes devant se montrer limités.

Un jour férié ayant été observé hier aux Etats-Unis, les marchés sont restés fermés. A mercredi soir, l'encours de l'ETF aurifère américain, le SPDR Gold Shares, était toujours stable à 1.297,32 tonnes, un record depuis le 8 août.

D'un point de vue technique, et dans leur dernier commentaire disponible, les analystes de ScotiaMocatta identifiaient une résistance à 1.701, et un support à 1.667.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...