Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'italie souhaite trouver de nouvelles mesures pour son économie

Marché : L'italie souhaite trouver de nouvelles mesures pour son économie

L'italie souhaite trouver de nouvelles mesures pour son économieL'italie souhaite trouver de nouvelles mesures pour son économie

MARSEILLE (Reuters) - L'Italie va entamer la semaine prochaine un examen approfondi de l'efficacité réelle des mesures prises par le passé pour améliorer l'état des finances publiques et pour favoriser la croissance, tout en s'efforçant de trouver de nouveaux moyens pour relancer l'économie, a déclaré samedi Giulio Tremonti, ministres des Finances du pays.

La troisième économie de la zone, caractérisée par un endettement très élevé et une croissance atone depuis des années, est sous surveillance étroite des investisseurs depuis des mois, certains voyant même le pays comme la prochaine victime de la crise de la dette.

Les députés italiens examineront à partir de lundi le plan d'austérité présenté par le gouvernement de Silvio Berlusconi qui prévoit de ramener le budget de l'Italie à l'équilibre en 2013. Son adoption définitive est attendue dans le courant de la semaine prochaine.

Le Sénat italien a approuvé mercredi dernier par le biais d'un vote de confiance le plan d'austérité censé rapporter 54 milliards d'euros selon le Trésor italien.

Des manifestants ont déversé des coquilles de moule devant le parlement italien samedi en accusant la classe politique de s'accrocher à ses privilèges comme des moules à un rocher sur fond de politique d'austérité.

"Notre économie a besoin d'un bilan de santé. Si certaines des mesures que nous avons prises fonctionnent, nous devons le dire. S'il y a des choses à rajouter, nous le ferons", a dit Giulio Tremonti lors d'un sommet des grands argentiers des pays du G7 à Marseille (Bouches-du-Rhône).

"J'ai évoqué cette idée hier avec le vice-directeur général de la Banque d'Italie. Nous devons mener à bien cet inventaire des mesures de concert avec les organisations - OCDE, FMI et Commission européenne - qui suivent de près ce que nous faisons."

Si jamais l'Italie devait avoir recours à une aide internationale, le pays épuiserait vraisemblablement d'un coup les ressources dont dispose le Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Selon Giulio Tremonti, la plupart des décideurs sont d'avis que le monde n'est pas encore sorti de la crise économique.

"La début de la crise, en 2007, remonte maintenant à près de cinq ans, mais elle n'est pas finie", a-t-il dit.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...