Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'italie s'inspire de la france pour protéger ses entreprises

Marché : L'italie s'inspire de la france pour protéger ses entreprises

tradingsat

CERNOBBIO, Italie (Reuters) - Le gouvernement italien envisage de se doter d'une structure comparable au Fonds stratégique d'investissement (FSI) mis en place en France pour investir dans des entreprises stratégiques et éviter leur prise de contrôle par des groupes étrangers.

Cette réflexion répond aux inquiétudes sur le sort de Parmalat, principal groupe laitier coté en Italie que lorgne le français Lactalis.

Intervenant ce week-end en marge d'un forum d'affaires, le ministre des Finances, Giulio Tremonti, a précisé que cette version italienne du FSI serait partiellement soutenue par la Cassa Depositi e Presititi (CDP), une holding publique qui gère un patrimoine de 235 milliards d'euros, et ouverte à des investisseurs privés.

"La CDP est engagée dans un plan visant à créer un fonds ouvert aux investissements privés identiques au Fonds stratégique d'investissement français", a-t-il dit samedi.

Face au risque d'une reprise de Parmalat par le français Lactalis, qui en détient déjà près de 30%, le gouvernement italien a déjà autorisé par décret la Caisse des dépôts à prendre une part directe dans le capital d'entreprises italiennes.

La création d'un fonds d'investissement dans les entreprises des secteurs considérés comme stratégiques ferait franchir une étape supplémentaire au dispositif de protection.

"Nous soumettrons à la Commission européenne un projet de loi identique au texte français. Mieux encore, nous présenterons un texte écrit en français", a ironisé Tremonti.

Un apport financier de la CDP dans Parmalat rendrait inutile la quête d'un partenariat industriel avec des groupes comme Granarolo ou Ferrero que la banque Intesa Sanpaolo, actionnaire de Parmalat, tente de constituer pour bloquer une prise de contrôle par Lactalis de l'entreprise de produits laitiers.

"A ce stade, (un partenaire industriel) n'est pas nécessaire. Si elle obtient le financement, Parmalat peut poursuivre son projet industriel", dit une source gouvernementale.

"LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS SE GARDE BIEN D'INTERVENIR"

Dans une interview publiée samedi par le Corriere della Sera, François Fillon déclare que les autorités françaises n'ont pas l'intention de se mêler du dossier Parmalat-Lactalis.

"Dans le cas de Parmalat et Lactalis, le gouvernement français se garde bien d'intervenir tant dans l'opération en cours que sur la réaction du gouvernement (italien)", précise le Premier ministre, ajoutant: "Nous remarquons simplement que Lactalis est profondément enraciné en Italie, où il est le premier collecteur de lait."

La CDP pourrait également intervenir dans un autre secteur clé, l'énergie, en investissant dans Edison. L'Italie redoute que l'entreprise ne bascule entièrement entre des mains françaises depuis qu'EDF a fait part de sa volonté de ne pas renouveler le mandat de l'actuel administrateur d'Edison, Umberto Quadrino et de le remplacer par Bruno Lescoeur, directeur général délégué de l'électricien français.

Au Corriere della Sera qui lui demande s'il faut y voir une possible riposte à l'intervention de Giulio Tremonti dans le dossier Parmalat, François Fillon "assure qu'il n'y a pas de relation". "Le président d'EDF, ajoute-t-il, n'est pas un agent du gouvernement français, il défend les intérêts de son entreprise."

Valentina Za; Henri-Pierre André pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...