Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'islande serait capable de payer toute dette liée à "icesave"

Marché : L'islande serait capable de payer toute dette liée à "icesave"

L'islande serait capable de payer toute dette liée à L'islande serait capable de payer toute dette liée à

REYKJAVIK (Reuters) - L'Islande sera en mesure de payer toute somme qui pourrait être imposée par une décision de justice dans le dossier de la faillite de la banque en ligne Icesave en 2008, a déclaré lundi le gouverneur de la banque centrale.

Dans le cadre d'un entretien accordé à Reuters, il s'exprimait au lendemain du nouveau rejet, par voie de référendum, de l'accord conclu par le gouvernement islandais pour rembourser la Grande-Bretagne et les Pays-Bas à la suite de cette faillite.

Les électeurs de l'île étaient appelés à valider par référendum un accord portant sur 3,5 milliards d'euros, la somme déboursée par Londres et Amsterdam pour indemniser leurs ressortissants ayant déposé de l'argent sur la banque en ligne gérée par Landsbanki, un des trois établissements du pays emportés par la crise financière.

Le produit de la vente d'actifs Landsbanki servira à rembourser la Grande-Bretagne et les Pays-Bas dans les prochains mois.

Il reviendra à l'autorité de surveillance de l'Association européenne pour le libre-échange (ESA), l'organisation européenne dédié au commerce supervisant les coopérations de l'Islande avec l'Union européenne, de décider si les contribuables islandais devront compléter la facture.

"Je m'attends à ce que l'Islande soit en mesure de payer (...) dans l'hypothèse que le tribunal estime qu'il y a une dette", a dit Mar Gudmundsson.

Le gouverneur de la banque centrale islandaise a déclaré que l'effet du "non" sur l'économie islandaise, qui a plongé dans une violente récession après l'effondrement du système bancaire du pays en 2008, dépendrait en grande partie d'une éventuelle dégradation des notes souveraines à la suite du référendum.

"(S'il y a des abaissements de notes), ce sera évidemment plus difficile pour l'Etat d'emprunter et cela aurait un effet sur le rythme auquel nous levons nos contrôles de capitaux", a-t-il ajouté.

Les autorités islandaises avaient imposé les contrôles sur les flux de capitaux pour prévenir une dégringolade de la couronne.

Fitch Ratings a déclaré que le "non" au référendum éloignait la perspective de voir l'Islande retrouver une note d'investissement dans un avenir proche.

Mar Gudmundsonn a cependant souligné que l'Islande disposait de plusieurs points forts, notant qu'il n'y avait pas de risque de défaut sur la dette souveraine.

"Nous disposons aujourd'hui de réserves suffisantes pour rembourser la dette libellée en devises étrangères et la dette souveraine jusqu'en 2015", a-t-il dit.

Anna Ringstrom, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Catherine Monin

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI