Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : l'euro soutenu par les banquiers centraux

Marché : l'euro soutenu par les banquiers centraux

tradingsat

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne unique est elle aussi, comme nombre de marchés financiers, portée par les derniers propos des banquiers centraux, qu'il s'agisse de Ben Bernanke, qui semble rouvrir la porte au “QE 3”, ou de l'optimisme mesuré affiché par Mario Draghi à la BCE. Aux environs de 11 heures 55, l'euro avance ainsi de 0,08% contre le billet vert à 1,3368 dollar. Un point haut a été marqué en matinée à 1,3386.

Bref, l'euro semble poursuit sur la tendance haussière mise en place mi-mars, lorsqu'il avait rebondi sur les 1,30 dollar.

En effet, le sentiment vis-à-vis de la crise souveraine européenne s'améliore. Les cambistes semblent saluer une allocution d'Angela Merkel devant les élus de la CDU : la chancelière allemande a évoqué un 'compromis' sur le rapprochement du FESF (Fonds Européen de Stabilité Financière) et du MES (Mécanisme Européen de Stabilité).

'Cet assouplissement de la position allemande va permettre la mise en place d'un 'pare-feu' suffisant pour financer directement, si besoin est, l'Espagne. Ainsi, la crise de 2010-2011 aura concerné surtout la Grèce, la péninsule ibérique et l'Irlande, pays parmi les derniers entrés dans la zone euro', commente Arnaud Poutier de IG Markets.

Même son de cloche selon un cambiste nord-européen : 'hier, Angela Merkel a fait une déclaration importante, puisque l'Allemagne voit maintenant d'un bon oeil l'extension des moyens du fonds de sauvetage'.

Bien évidemment, l'euro est aussi porté par le discours du président de la Fed, expliquant en substance qu'une poursuite de la politique accommodante demeurait nécessaire face aux faiblesses du marché du travail américain. La perspective éventuelle d'un 3ème plan d'assouplissement quantitatif (“QE 3”) fait donc de nouveau l'objet de spéculations.

“La vision très pessimiste du marché du travail du Président du Fed a relancé les anticipations de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire, tel qu'un 'QE3' ou au moins l'achat de RBMS (Residential Backed Mortgage Securities, titres obligataires immobiliers) 'stérilisés' sur les marchés”, commentent les analystes d'Aurel BGC.

De plus, soulignent les spécialistes, le patron de la BCE Mario Draghi a confirmé son sentiment relativement plus positif quant aux perspectives de la zone euro. “Un paradoxe ! Alors que l'économie américaine est sur un rythme de croissance de 2/3% sur le premier trimestre 2012, M. Bernanke est encore très noir sur l'économie mais alors qu'une grande partie de l'Europe est encore en récession, M. Draghi est plus 'optimiste'. Cet écart de discours ne pouvait qu'être favorable à l'euro”, ajoutent encore les spécialistes.

Ben Bernanke doit encore s'exprimer ce mardi dans le cadre d'un cycle de 'lectures' consacrées à la crise financière, mais pourrait chercher à tempérer ses propos de la veille.

Une petite hausse est également à l'ordre du jour contre le yen (+ 0,10% à 110,6 yens), quand la stabilité était de mise contre le sterling (0,8364) comme le franc suisse (1,2064).

Les investisseurs prendront aussi connaissance de l'indice de confiance des consommateurs aux États-Unis pour le mois de mars. Calculé par le Conference Board, il attendu en baisse de 70,8 à 70,4 du fait de l'impact des prix de l'essence.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI