Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'euro souffle après une série de baisses

Marché : L'euro souffle après une série de baisses

tradingsat

(CercleFinance.com) - Dans un marché dominé par de vives inquiétudes sur la dette de la Grèce, la monnaie unique européenne cédait mollement 0,11% contre le dollar ce midi à 1,3647. Sur une semaine, son recule tangente les 2,5% et il frôle les 5,6% sur un mois.

L'intervention de la Banque nationale suisse donne toujours des résultats et l'euro cote plus de 1,20 franc, selon le seuil minimal défini et défendu par la banque centrale helvétique. La parité franc/euro n'a ainsi pratiquement pas bougé ces cinq dernières séances.

En revanche, et bien qu'elle soit stable ce matin la livre (0,8615) a pris presque 2% contre l'euro sur la semaine, et le yen plus de 3% à 105,09 ce matin.

Nombreux sont les facteurs qui jouent en défaveur de l'euro. Tout d'abord, la semaine dernière, la BCE a clairement indiqué que l'époque des hausses de taux était terminée, souligne un cambiste nordique. En effet, le ralentissement risque de se muer en récession. Le différentiel de taux entre Europe et Etats-Unis a donc cessé de jouer pour la devise européenne.

Ce n'est évidemment pas tout. Comme le rappelle une banque privée helvétique, “la Grèce sera à court de liquidités le mois prochain, selon le vice-ministre des Finances”, ce qui rend l'application du plan d'aide européen d'autant plus urgent. Sinon, le défaut de paiement se profilerait.

'Aujourd'hui, le questionnement de nombreux investisseurs ne porte plus sur le risque défaut de la Grèce, mais sur le taux de perte qu'impliquera un tel évènement', résume Aurel BGC ce matin. Le marché semble persuadé que l'accord des chefs d'Etat européens du 21 juillet dernier sur le 'sauvetage' de la Grèce a peu de chances d'être appliqué, en raisons de l'accumulation de divergences et de difficultés.

Quels scénarios sont alors possibles ? Selon Aurel BGC, la Grèce pourrait sortir de la zone euro et la 'nouvelle drachme' subirait une forte dévaluation. L'encours de sa dette souscrite en euros devrait alors être 'répudiée'. Les établissements financiers devraient supporter une perte égale à la totalité de l'encours obligataire détenu, leur recapitalisation étant alors incontournable. Mais il est peu probable que la Grèce et sa nouvelle monnaie trouvent à se refinancer après cette éventualité.

Deuxième scénario : un défaut partiel de la Grèce, annoncé de manière unilatérale par Athènes et d'une proportion crédible pour augurer d'un redressement. Le secteur bancaire national et européen serait en grande difficulté, et Aurel BGC compare ce scénario éventuel au choc causé par la chute de Lehman Brothers, l'onde de choc sur les banques serait d'importance.

Dernière hypothèse : un 'défaut organisé' de la Grèce avec recapitalisation parallèle des banques les plus touchées. Dans tous les cas de figure, “les investisseurs estiment que la crise ne peut s'arrêter que via des avancées institutionnelles importantes, mais un tel mouvement ne peut pas être rapide”.

Chez Jyske Bank, une banque privée danoise, on ne table pas sur un 'défaut général' de la Grèce, mais sur un 'défaut sélectif'. La nervosité à ce sujet devrait perdurer jusqu'en octobre.

Du côté des chiffres européens de la matinée, l'inflation a de nouveau ralenti en Espagne au mois d'août, selon l'institut national de statistiques : l'indice des prix à la consommation a augmenté de 3% par rapport au même mois de l'année précédente, soit 0,1 point de moins que le taux annualisé observé en juillet.

Quant à l'indice des prix à la consommation (IPC) en France, il est en hausse de 0,5% en août 2011, après une baisse de 0,4% en juillet, selon l'Insee. Sur un an, l'indice augmente de 2,2%. Hors tabac, l'indice est également en hausse de 0,5% en août 2011 (+2,2% sur un an). Corrigé des variations saisonnières (CVS), l'IPC s'accroît de 0,4% (+2,2% sur un an).

Rares sont le statistiques significatives attendues des Etats-Unis cet après-midi. Les investisseurs prendront cependant connaissance à 14 heures 30 des prix à l'importation pour le mois d'août, attendus en baisse de 0,7%.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI